Le marketing olfactif : l’odeur comme argument de vente

Le marketing olfactif : l’odeur comme argument de vente

Le marketing olfactif : l’odeur comme argument de vente 2000 1500 Sharing

L’invention du marketing sensoriel remonte aux années 1870, avec l’apparition des grands magasins tels que le Bon Marché à Paris. De la diffusion de musique à la création d’une atmosphère visuelle, le marketing qui sollicite les cinq sens est devenu une norme dans le secteur du retail. Pourtant, et malgré son fort potentiel, le marketing olfactif est celui qui a été le moins développé jusqu’à présent.

L’odorat se différencie des autres sens du fait qu’il soit directement relié à des zones du cerveau impliquées dans la mémoire, l’affectivité et les émotions. Le simple fait de sentir une odeur peut déclencher — consciemment comme inconsciemment — un souvenir ou une émotion, d’ailleurs on estime que 80% de la perception est liée à l’odorat. L’influence de certaines odeurs sur le comportement est prouvée : certaines sont apaisantes, d’autres sont au contraire répulsives. On constate par exemple qu’une odeur de propre dans les lieux publics fait considérablement baisser le nombre d’incivilités et de dégradations, de la même manière qu’une odeur peut rassurer un patient dans un bloc opératoire.

Le marketing olfactif, une tendance qui se démocratise

D’abord plébiscité par les secteurs de l’hôtellerie et du luxe, le marketing olfactif se développe aujourd’hui dans des secteurs variés, tels que l’automobile, la culture, la banque ou encore la santé. Beaucoup de marques l’ont compris : les odeurs créent de l’émotion, et peuvent être un réel levier pour ancrer l’expérience d’achat du client dans sa mémoire. Si vous êtes déjà rentré dans une boutique Abercrombie & Fitch, Lush ou Nature et Découvertes, vous en avez certainement l’odeur en tête rien qu’en lisant cet article, et c’est exactement le but recherché : tout comme l’identité visuelle, l’identité olfactive est une vraie signature.

S’il a souvent été utilisé pour pousser à l’achat, notamment dans le secteur alimentaire avec la diffusion d’odeurs alléchantes, le but du marketing olfactif est aujourd’hui assez différent : il s’agit de créer une atmosphère agréable et rassurante, et de séduire les clients en améliorant leur expérience.