Tendances

DAL-e -un humanoïde pour assurer le service client - Agence Sharing

DAL-e : un humanoïde pour assurer le service client

DAL-e : un humanoïde pour assurer le service client 2000 1500 Sharing

Pour attirer de nouveaux clients et fidéliser les clients déjà acquis, les marques doivent chercher tous les jours de nouvelles astuces. Étant sollicités de toutes parts, les consommateurs deviennent en effet de plus en plus volatiles et il faut avoir un avantage sur ses concurrents pour capter leur attention. Hyundai l’a bien compris et pour assurer son service client, il a créé DAL-e, un humanoïde avant-gardiste doté de plusieurs technologies modernes.

Un robot plus convivial

Comme le vice-président de Hyundai l’a décrit, DAL-e, qui signifie « Drive you, Assist you, Link with you-experience », est « une plateforme de services de nouvelle génération qui peut offrir des services automatisés aux clients à tout moment ».

DAL-e ne ressemble pas aux autres robots de guidage qu’on connaît. Il peut effectivement diriger le client à l’endroit où il veut se rendre mais il a l’avantage d’être doué d’émotions : il a en effet des expressions faciales. Il est aussi capable d’avoir une conversation avec les clients. Conçu pour assurer l’assistance des clients en période de pandémie, DAL-e possède une aptitude de reconnaissance lui permettant de détecter si un client porte un masque ou non et lui conseiller d’en porter un si ce n’est pas le cas. Par ailleurs, pour divertir les clients, DAL-e est capable de leur donner des informations sur les véhicules de la marque Hyundai par exemple, de les inviter à prendre des photos avec lui ou encore de faire des commentaires gestuels avec ses bras mobiles.

Pour une communication plus fluide et divertissante

En créant DAL-e, Hyundai vise à « engager des conversations fluides et divertissantes avec les clients et leur offrir des services de qualité ». Pour l’instant, DAL-e est seulement un projet pilote actif dans une concession de Hyundai Motor Group à Séoul où il facilite les tâches du personnel. Il peut engager des discussions automatisées avec les clients, se déplacer librement et avec fluidité grâce à sa petite taille (1 160 x 600 X 600 mm pour 80kg) et à ses roues omnidirectionnelles. Il sait également répondre à des commandes verbales. DAL-e est aussi doté d’un écran tactile pour répondre aux demandes des clients.

Reposant sur l’intelligence artificielle, équipé d’un système de communication automatique ainsi que d’un dispositif de reconnaissance faciale, le robot humanoÏde de Hyundai est capable d’apprendre et de s’améliorer davantage grâce à cette première expérience au service des clients de la ma. La firme envisage de perfectionner son robot et de le déployer dans les autres concessions de Hyundai Group Motor plus tard afin d’offrir de nouvelles expériences aux clients. On s’attend à ce que les projets de la firme deviennent encore plus ambitieux compte tenu de la nouvelle acquisition du Groupe : l’entreprise de robotique Boston Dynamics pour environ 1 milliard de dollars.

Le CES 2021 marqué par les innovations contre la Covid-19 - Agence Sharing

Le CES 2021 marqué par les innovations contre la Covid-19

Le CES 2021 marqué par les innovations contre la Covid-19 2000 1500 Sharing

Vu la propagation de la Covid-19 dans de nombreux pays, le plus grand salon de l’électronique du monde est devenu un événement virtuel cette année. Les innovations découvertes au CES 2021 ont en effet été marquées par la pandémie. Plusieurs entreprises se sont consacrées à la création de masques, de désinfectants, de capteurs et de robots high-tech pour empêcher la prolifération du virus. Comme tout le monde n’a pas eu la chance de participer à l’évènement, nous avons sélectionné quelques innovations qui ont marqué le CES 2021 dans le cadre de la lutte contre la Covid-19.

Les masques connectés

Le Consumer Electronics Show s’est démarqué par la grande diversité des masques de protection high tech contre le Coronavirus :

Le MaskFone 

Il a été récompensé par le Trophée de l’innovation CES. Ce masque est connecté à un smartphone par Bluetooth et c’est le premier à être équipé d’écouteurs. Il est l’équivalent des masques FFP2 mais en plus, il permet de passer des appels et d’écouter de la musique plus facilement. Le MaskFone est déjà en vente aux Etats-Unis actuellement à 50$.

Le Project Hazel de Razer

Si on connaît Razer pour les jeux vidéos, il a plus brillé au CES 2021 grâce à son masque transparent : le Project Hazel. C’est un masque lumineux doté d’un microphone et d’un haut-parleur. Razer l’a créé afin que l’on voie et entende mieux l’utilisateur derrière son masque. Le masque de Razer n’est pas encore homologué et n’est donc pas encore disponible à la vente.

Le Puricare Wearable Air Purifier de LG

Ce masque connecté de LG est sorti peu avant la tenue du CES 2021. Ce purificateur d’air comporte 2 filtres et des lampes UV-LED qui éliminent les bactéries et virus. Le masque n’est cependant pas encore certifié anti-Covid-19.

XHale de XRapid

XHale est un masque respiratoire créé par la start-up française XRapid. Il offre une protection équivalente à celle des masques UNS1, FFP2 et FFP3. Connecté à une application mobile, XHale peut mesurer le débit d’air de son utilisateur et lui donner des conseils. Il sait aussi analyser la température corporelle et la fréquence respiratoire de celui qui le porte. XHale a aussi reçu un Trophée de l’innovation au CES 2021.

AirPop Active+

AirPop a créé un masque sanitaire capable de suivre la respiration et la qualité de l’air. Grâce à son capteur, le masque AirPop Active+ peut indiquer à son utilisateur quand il doit remplacer le filtre de son masque. Il coûte 150$.

Les capteurs

Outre les masques, le CES 2021 a également été l’occasion pour les participants de dévoiler des technologies avancées en termes d’analyse de la qualité de l’air et de maison connectée.

Wave Plus de Airthings

Wave Plus est un capteur capable de mesurer le degré de probabilité de transmission de la Covid-19 en analysant la température, l’humidité et le niveau de dioxyde de carbone dans l’air.

Ettie de Plott 

En ce moment où la pandémie circule partout, un interphone avec thermomètre intégré est d’une grande utilité. Pendant que vos invités se présentent devant la caméra, vous pourrez aussi voir leur température. Une autre invention qui a reçu un trophée au CES 2021. Ettie peut aussi prendre une photo horodatée de vos visiteurs. Il bloque la porte quand la capacité maximale de personnes pré-programmée est atteinte.

La sonnette sans contact de Alarm.com

Comme les mains sont les premiers vecteurs du virus, Alarm.com a trouvé un moyen d’éviter aux gens de sonner à la porte. Il suffit de se tenir sur un tapis devant la caméra pour déclencher la sonnerie.

La technologie ne permet pas seulement d’empêcher la circulation du virus à l’extérieur de la maison, elle désinfecte aussi votre intérieur.

La désinfection à l’UV

Cette année, la plupart des innovations dédiées à la lutte contre le Coronavirus se servent de l’UV pour désinfecter matériels et surfaces. 

La lampe à UV de Targus

Après la sonnerie et les poignées de portes, les créateurs ont aussi pensé à faciliter la désinfection du clavier et de la souris de votre ordinateur, des appareils dont on ne peut pas se passer au quotidien. Pour ce faire, Targus utilise une lampe à UV qui désinfecte le matériel pendant 5mn toutes les heures.

Oblio de Lexon

Comme Targus, Lexon a aussi pensé à un appareil qu’on touche le plus souvent avec nos mains. L’entreprise a créé un récipient qui sert à la fois de chargeur à induction et de désinfectant pour nos téléphones : Oblio. Il est aussi doté d’une lampe à UV qui détruit tous les microorganismes en 20mn.

Les robots

Toujours dans le but de désinfecter l’air, certaines entreprises se sont aussi tournées vers la robotique.

Le Coro-Bot de Hills Engineering

Il s’agit d’un robot équipé de bras flexibles destinés à nettoyer tous les endroits fréquentés par les gens. Coro-Bot est également doté d’un circulateur d’air et d’un filtre céramique infrarouge lointain. Il sert à stériliser le coronavirus aéroporté et les autres virus.

Le Bot Handy de Samsung

Ce robot de Samsung n’a pas été créé initialement pour combattre la Covid-19. Il s’agit d’un robot multitâche qui peut nous aider dans la vie quotidienne mais quitte à se servir le moins possible de nos mains, le Samsung Bot Handy nous prête ses bras pour ranger les courses, le linge sale, etc.

A la vue de ces nouveautés, on peut dire que tout comme le CES 2020, le CES 2021 n’a pas manqué de faire honneur aux innovations au profit de la santé bien qu’elles soient particulièrement axées sur la Covid-19 cette année. On s’attend déjà à ce que les prochaines éditions nous apportent encore plus d’appareils sophistiqués et de plus grandes avancées en termes d’intelligence artificielle.

Les tendances qui influent sur la publicité en ligne en 2021 - Agence Sharing

Les tendances qui vont impacter la publicité en ligne en 2021

Les tendances qui vont impacter la publicité en ligne en 2021 2000 1500 Sharing

Bien que les investissements dans le marché publicitaire aient baissé en 2020, notamment à cause de la crise sanitaire, les annonceurs entendent avoir de meilleurs résultats cette année. Contrairement aux autres médias où les publicités se sont faites rares, la publicité en ligne a en effet profité de la crise. Désormais, l’usage du digital est ancré dans l’habitude des consommateurs. La publicité en ligne est devenue incontournable et tous vont devoir adapter leur stratégie au fonctionnement et aux difficultés relatives à ce type de canal. Pour 2021, voici quelques faits qui auront des impacts sur la publicité en ligne.

Une gestion plus difficile du budget publicitaire

Les entreprises ont été très nombreuses à utiliser la publicité digitale depuis l’apparition de la Covid-19. Cependant, toutes ne maîtrisent pas le fonctionnement des plateformes qui les diffusent. Parallèlement à cette hausse fulgurante de l’usage de la publicité en ligne, les fraudes se sont aussi multipliées. Il est difficile pour les annonceurs et les éditeurs de vérifier la qualité du trafic. Google qui est la plus grande plateforme de publicité en ligne propose néanmoins à ses utilisateurs de l’aide pour lutter contre le trafic incorrect et éviter ainsi de gaspiller leurs budgets.

Les restrictions liées à la confidentialité

Après la mise en place du RGPD, les internautes sont aujourd’hui plus exigeants sur la confidentialité de leurs données personnelles. La collecte de données est devenue plus difficile pour les annonceurs et par conséquent, le ciblage également. Les professionnels du marketing devront donc trouver d’autres moyens, voire de nouveaux outils et des partenaires pour affiner leur ciblage d’autant plus que les moteurs de recherche principaux ne permettent plus le tracking des activités des internautes. Google est en effet en train de supprimer les cookies tiers. Apple quant à lui développe son programme ITP afin de préserver la vie privée de ses utilisateurs. Ces améliorations auront à coup sûr des répercussions sur la réalisation de publicité en ligne en 2021. Les opérateurs dans le domaine du data-mining et du retargeting seront directement touchés par ce changement.

Un changement dans la part des recherches et des offres publicitaires

Google a désormais un concurrent « sérieux » concernant les recherches sur le web. Apple est en train d’accélérer la mise en place de son propre moteur de recherche. Ce dernier pourrait bien remplacer Google sur les Mac et les iPhones. Bien que Applebot ne soit pas encore totalement prêt, on a constaté une hausse importante des crawls réalisés par les robots d’Apple depuis quelques mois. Avec l’apparition d’un nouveau moteur de recherche, les annonceurs auront la possibilité de choisir entre les 2 géants d’internet, ce qui ne manquera probablement pas de modifier les conditions et les tarifs de la publicité en ligne. Il est néanmoins à souligner qu’il faut plusieurs années (20 ans pour Google) pour élaborer une technologie de recherche qui puisse répondre aux demandes des internautes.      

Alexa sait déduire les intentions de l'utilisateur - Agence Sharing

Alexa sait déduire les intentions de l’utilisateur

Alexa sait déduire les intentions de l’utilisateur 2000 1500 Sharing

L’assistant vocal d’Amazon a beaucoup progressé l’année dernière. Outre la refonte de son interface opérée au mois de juillet dernier, Alexa a aussi marqué les esprits en révélant sa capacité à s’exprimer avec émotions. Dernièrement, elle a encore fait un grand pas en avant : Alexa sait déduire les intentions de l’utilisateur, une avancée qui pourrait bien changer l’expérience client.

Comprendre l’objectif « latent » de l’utilisateur

Alexa humanise l’Intelligence Artificielle en s’exprimant avec émotion mais elle se perfectionne encore plus avec sa dernière mise à jour. D’après Amazon, son assistant vocal est aujourd’hui capable de comprendre quel est l’objectif latent de l’utilisateur d’après sa demande qui est le plus souvent implicite. D’après les explications d’Amazon, si un client demande combien de temps il faut pour infuser un thé, Alexa peut déduire que son objectif latent est de fixer un délai pour infuser une tasse de thé. Elle pourrait alors fixer un délai en répondant : « 5 minutes est un bon point de départ » et elle rajoutera : « Voulez-vous que je mette un minuteur pour cinq minutes ? » Grâce au deep learning, Alexa est capable de savoir s’il est opportun ou non de suggérer un objectif latent à l’utilisateur. Il étudie les précédentes interactions avec l’utilisateur ainsi que le contexte du dialogue en cours.

L’Intelligence Artificielle au service du marketing

Outre le fait de choisir s’il faut ou non faire des suggestions aux clients, Alexa utilise aussi ce qu’Amazon appelle le « bandit learning ». Il permet de déduire si ses suggestions ont été utiles ou non pour l’utilisateur. Alexa sera donc en mesure d’apporter des améliorations dans le futur afin d’offrir un service de plus en plus perfectionné aux clients. Avec un tel modèle, l’Intelligence Artificielle deviendra bientôt un outil de premier choix pour les digital marketers. Pour le moment, les marques se servent de l’analyse conversationnelle pour tenter de déceler les intentions de l’utilisateur et ce dans le but de devenir proactives. L’existence d’une IA comme celle d’Amazon leur facilitera bien la tâche.

La nouvelle capacité d’Alexa n’est pour l’instant disponible qu’en anglais et déployée aux Etats-Unis. Amazon n’a pas encore fait mention d’un déploiement à plus grande échelle.

Usage, avantages, limites et avenir du no-code - Agence Sharing

Connaissez-vous le no-code ?

Connaissez-vous le no-code ? 2000 1500 Sharing

La crise sanitaire n’a pas seulement modifié le mode de travail dans la plupart des entreprises, elle a aussi obligé les entrepreneurs à devenir plus créatifs. Dans le domaine de la technologie, on entend souvent parler de no-code ou de low-code dernièrement et bien qu’il ne soit pas totalement nouveau, c’est en ce moment qu’il éveille la curiosité des responsables d’entreprises et des auto-entrepreneurs. Mais qu’est-ce que le no-code ? Est-ce un concept qui touche le marketing ?

No-code Vs low-code

Le no-code et le low-code sont souvent confondus. Ils ne signifient cependant pas la même chose et ne s’adressent pas au même public. Le no-code se rapporte au fait de n’utiliser aucune ligne de code dans l’élaboration d’une page web, d’une application ou d’une stratégie e-marketing. Il y a donc des outils no-code que l’on peut utiliser pour réaliser ces types de projets. Le low-code quant à lui minimise l’utilisation des codes, son utilisation requiert donc des connaissances en développement informatique.

D’après cette définition, le no-code semble donc résoudre l’un des problèmes majeurs des entreprises actuelles : l’investissement en temps et en argent, voire en ressources humaines dans le développement de leurs outils. En ce moment où le télétravail et la vente en ligne font partie de notre quotidien, chaque entreprise doit en effet disposer de ces outils pour continuer à exister. Cependant, leur création peut s’avérer à la fois chronophage et onéreux, spécialement pour les petites entreprises. Le no-code pourrait être une solution à ce problème, a priori.

Qui peut utiliser le no-code ?

Ne demandant aucune compétence en matière de codage, le no-code peut donc être utilisé par tous vos collaborateurs. Vous pouvez créer votre landing page tout seul et sans avoir à écrire une seule ligne de code. Le no-code est particulièrement utile pour vos responsables marketing qui ont besoin de mettre en œuvre leurs idées. Ils pourront les tester sans avoir à dépendre des développeurs. Créez des pages, des formulaires, des applications avec des outils comme Bubble ou Microsoft PowerApps. Il a l’avantage d’être facile à prendre en main et sa mise en place est beaucoup plus rapide. L’utilisation de ces outils implique évidemment des coûts mais ils sont bien moins importants que le développement traditionnel et les dépenses qui en découlent. Jusque là, le no-code semble n’avoir que des avantages mais il a aussi quelques inconvénients.

Les limites du no-code

Les plateformes no-code sont limitées aussi bien dans leurs fonctionnalités que dans leur design. Vous n’avez pas la possibilité de personnaliser votre application ou landing-page. Elles risquent donc de ressembler à beaucoup d’autres applis déjà présentes sur la toile et sur le marché. Selon l’outil que vous aurez choisi, l’ajout de nouvelles fonctions et l’édition du code source peut être impossible. Si l’éditeur de l’outil modifie ou supprime une option, toute votre installation peut en être impactée. Vous dépendrez donc entièrement de votre plateforme no-code et ne pouvez pas faire évoluer votre page ou application selon vos besoins. Vous êtes également soumis aux conditions de l’éditeur concernant le changement de prix. Dans le cas où vous voulez changer de plateforme, la migration de vos données risque aussi d’être difficile, voire impossible selon votre plateforme initiale.

Il y a cependant plusieurs outils no-code disponibles sur le marché et leurs options sont toutes différentes. Il faut donc étudier toutes les possibilités et choisir l’outil le plus flexible. Optez pour celui que vous pourrez utiliser avec les autres outils que vous utilisez déjà en entreprise comme votre CRM.
A la vue des avantages offerts par le no-code et malgré ses limites, nous sommes quand même amenés à nous poser des questions sur le futur du développement.

Le no-code est-il un danger pour le travail des développeurs ?

Bien que les plateformes de no-code connaissent un succès aujourd’hui, elles sont encore loin de répondre à tous les besoins des entrepreneurs. Le no-code peut être une solution adéquate pour tester de nouvelles idées. Elle est aussi pratique pour réaliser un projet d’envergure moyenne qui n’est pas destiné à durer mais pour les projets importants et sur le long terme, le développement sur mesure reste la solution idéale. Vous pourrez adapter votre projet à l’évolution rapide de la technologie et du marketing digital selon vos souhaits. L’utilisation du no-code peut cependant alléger le travail du développeur qui pourra alors se dédier à des tâches plus techniques non réalisables par ces outils.

Transformation digitale des entreprises- Agence Sharing

Qu’est-ce que la transformation digitale des entreprises ?

Qu’est-ce que la transformation digitale des entreprises ? 2000 1500 Sharing

La digitalisation est déjà effective dans certaines institutions et sociétés, mais il y a également de nombreuses entreprises qui n’ont pas encore franchi le pas. Plusieurs raisons peuvent en effet les empêcher de mettre en œuvre leur transformation digitale. La méconnaissance du concept est l’un des principaux freins pour les entreprises. Mais qu’est-ce qu’on entend précisément par transformation digitale des entreprises ? Et que gagnent-elles en optant pour cette transformation ? Quels sont les enjeux du changement ?

Définition de la transformation digitale

La transformation digitale est un processus qui consiste à utiliser les nouvelles technologies afin d’améliorer la performance d’une entreprise. Pour ce faire, elle va se servir des outils numériques tels que l’informatique et l’internet, les plateformes de communication digitale tels que les réseaux sociaux et les messageries instantanées, de l’intelligence artificielle, de la réalité augmentée et virtuelle et aussi de la cybernétique. La transformation digitale signifie donc l’abandon du modèle traditionnel pour s’immerger dans une nouvelle structure basée sur les technologies modernes. La transformation digitale repose sur 4 piliers :

–    La notion de temps réel : vous ne ferez plus attendre vos clients, vous pourrez répondre immédiatement et directement à leurs demandes. Vous pourrez aussi suivre et partager des évènements en live, suivre en temps réel l’évolution de vos projets grâce aux outils collaboratifs, etc.

–    La mobilité : grâce à la généralisation d’internet, tout le monde peut se connecter n’importe où, d’où la possibilité d’opter pour le télétravail.

–    L’Internet des Objets : les objets connectés sont utilisés dans divers domaines pour améliorer le recueil d’informations ou tout simplement pour vous faciliter la vie. Vous pouvez par exemple contrôler la sécurité de vos locaux grâce à votre smartphone.

–    L’accès au big data : accédez à toutes les informations nécessaires pour connaître vos buyers personas et analysez vos résultats. Vous pourrez affiner votre stratégie marketing.

Afin de pouvoir entamer une transformation digitale, il faut être convaincu par tous les avantages qu’elle peut apporter à l’entreprise. Il s’agit d’un processus qui implique un changement radical à tous les niveaux.

Pourquoi faut-il digitaliser votre entreprise ?

La transformation digitale n’est plus un atout pour prendre de l’avance sur les concurrents. Elle est devenue la norme à respecter aujourd’hui. Sans la transformation digitale, les entreprises deviennent désuètes. Les habitudes de consommation ont énormément changé depuis la démocratisation d’internet et l’entrée des réseaux sociaux dans le quotidien des consommateurs. Ils sont toujours à l’affût de nouvelles expériences de telle sorte que les marques et entreprises doivent toujours innover pour les attirer et les fidéliser. Désormais, les consommateurs font leurs achats en ligne ou tout au moins, ils recherchent les informations sur internet et y prennent leurs décisions d’achat.

Outre le changement de comportement des consommateurs, la transformation permet aussi aux entreprises d’être plus efficaces. Voici concrètement ce que la transformation digitale peut apporter à votre entreprise :

–    Des meilleurs services : grâce au big data, à l’automatisation et aux avancées de l’intelligence artificielle, les entreprises sont aujourd’hui capables de comprendre les besoins et aussi les intentions du client. Elles peuvent donc être proactives et satisfaire leurs clients beaucoup plus facilement et efficacement.

–    Une communication rapide et efficace : même la gestion des ressources humaines devient plus simple avec la transformation digitale. Les réseaux d’entreprises et les outils collaboratifs fluidifient la communication.

–    Un modèle commercial toujours à jour : la transformation oblige l’entreprise à adapter son organisation, sa structure et sa stratégie commerciale aux nouvelles tendances du marché. Votre équipe gagne aussi en compétence en même temps.

–    Un travail qualitatif : les technologies telles que la robotique permettent de réaliser certaines tâches avec précision et avec beaucoup plus de rapidité. 

–    Une meilleure rentabilité : l’utilisation de l’intelligence artificielle réduit les besoins de l’entreprise en termes de recrutement et d’organisation. Les chatbots réduisent par exemple le temps à consacrer au service client. Ils permettent au personnel de se consacrer à d’autres tâches à haute valeur ajoutée. A la rentabilité s’ajoute aussi le gain de temps.

–    De la crédibilité : la transformation digitale donne une image moderne et fiable de votre entreprise. Il faut néanmoins adapter votre site internet aux nouvelles tendances et exigences du web (UX design, SEO…), rester actif sur vos réseaux sociaux et soigner votre e-réputation.

Pour entamer la transformation digitale de l’entreprise, il faut néanmoins commencer par une bonne organisation

Comment mettre en place votre transformation digitale

La première chose à faire est de briefer toute votre équipe sur votre projet de transformation digitale. Les changements importants induits par la transformation digitale peuvent en effet provoquer des doutes et des questionnements chez vos collaborateurs. Une fois la vision digitale adoptée, concentrez-vous sur les besoins de votre clientèle. De cette manière, la digitalisation pourra réellement contribuer au développement de votre entreprise.

L’étape suivante consiste à évaluer le niveau de digitalisation actuel de votre entreprise. L’objectif est de définir vos besoins dans le cadre de votre transformation digitale. Faites-vous aider par vos collaborateurs pour votre évaluation, ils connaissent mieux le quotidien de chacun de vos départements ainsi que le déroulement des tâches qui occupent votre personnel pendant leur journée.

Afin de réussir votre transformation digitale, il est indispensable de former vos équipes sur l’utilisation des outils digitaux. Le recrutement de nouveaux talents peut également vous permettre de mettre en œuvre rapidement la transformation. N’hésitez pas à revoir l’organisation interne de votre entreprise si besoin est.

La transformation digitale est un virage important que les entreprises d’aujourd’hui doivent prendre pour continuer d’exister. Néanmoins, la digitalisation est un concept en perpétuelle évolution. Les entreprises doivent rénover et innover en permanence afin de pouvoir développer leurs activités sur le long terme.

changement de l'algorithme google en 2021 - Agence Sharing

Référencement 2021 : le nouvel algorithme de Google

Référencement 2021 : le nouvel algorithme de Google 2000 1500 Sharing

Élément essentiel du marketing digital, le SEO est aussi en constante évolution. Le référencement naturel est en effet soumis aux nombreuses mises à jour de Google qui cherche toujours à affiner ses algorithmes. Pour l’année à venir, le géant d’internet a déjà annoncé les changements qu’il prévoit de réaliser . Ils risquent d’impacter le classement de nombreux sites web. Afin que vous puissiez vous préparer pour leur déploiement, voici comment devrait fonctionner le nouvel algorithme de Google en 2021.

Le Google Page Experience

Annoncé au mois de Mai de cette année, il sera déployé en Mai 2021. Cette mise à jour majeure aura pour objectif d’intégrer l’expérience utilisateur comme critère SEO. Désormais, la qualité de l’expérience utilisateur va contribuer à améliorer ou à faire chuter le classement des sites dans les pages de résultats de Google. Au même titre que la sémantique, la recherche vocale et le mobile first qui vont marquer le référencement en 2021, l’expérience utilisateur mérite aussi une attention particulière afin d’avoir un bon positionnement. Pour mesurer sa qualité, Google va utiliser 3 métriques.

Les Core Web Vitals : les nouveaux critères de classement

Les Core Web Vitals ou Signaux Web Essentiels indiquent la performance d’une page par rapport à des données d’utilisation réelles. Elles vont permettre à Google de conclure si l’état de la page est bon, s’il a besoin d’amélioration ou s’il est « médiocre ». Les Core Web Vitals reposent sur 3 critères :

. Le LCP (Largest Contentful Paint) : il s’agit du temps requis par le navigateur afin de charger le plus grand élément visible dans la fenêtre d’affichage.

. Le FID (First Input Delay) : cette métrique sert à mesurer le temps qu’il faut à l’internaute pour commencer à interagir avec la page qu’il veut visiter à partir du moment où il clique sur l’URL de la page.

. Le CLS (Cumulative Layout Shift) : toujours pendant le chargement de la page, ce critère permet d’observer le décalage des éléments d’une page. Il permet de savoir si les visiteurs peuvent interagir correctement avec la page ou non.

Il est donc indispensable d’optimiser au maximum le temps de chargement de vos pages pour qu’elles correspondent à ce nouvel algorithme de Google en 2021. Le rapport sur les Core Web Vitals est accessible depuis Google Search Console et sur Chrome Ux Report. Pour résoudre les problèmes soulevés par le test, Google donne des recommandations sur PageSpeed Insights. Néanmoins, vous pouvez également utiliser un outil spécialisé comme appYuser Insight. Il permet d’étudier plus en profondeur le ressenti des utilisateurs afin de s’attirer les faveurs de Google sur le classement.

Outre les signaux web essentiels, il y a également d’autres critères à remplir pour améliorer l’expérience utilisateur et pour être bien référencé en 2021.

Comment optimiser votre référencement naturel en 2021

Il y a quelques critères qui ont déjà été mis en place par Google ces dernières années. Ils continueront d’être appliqués l’année prochaine. Parmi les plus importants, la qualité du contenu reste toujours le critère numéro 1. Il faut toujours veiller à offrir un contenu bien étoffé, structuré et utile pour les utilisateurs. Il est aussi nécessaire d’utiliser les mots-clés avec parcimonie et de faire du netlinking. Google apprécie également les données structurées.

Ensuite, comme déjà évoqué plus tôt, assurez-vous bien de créer un site adapté aux mobiles car Google va aussi déployer son index Mobile First. Toujours dans le but d’améliorer l’expérience utilisateur, n’oubliez pas de sécuriser votre site en utilisant le protocole HTTPS. Evitez d’utiliser des interstitiels intrusifs.

Pour finir, Google a également annoncé qu’à partir de Mai 2021, le carrousel Top Stories de Google Search sera accessible à toutes les pages (même non AMP) qui respectent les règles de Google Actualités. Les pages aux meilleures expériences utilisateurs seront priorisées. Cet emplacement était réservé aux pages AMP des articles de presse auparavant.

Comment bien utiliser l'AEO en 2020 - Agence Sharing

Technique SEO : utiliser efficacement l’AEO en 2020

Technique SEO : utiliser efficacement l’AEO en 2020 2000 1500 Sharing

Le SEO n’est sans doute pas un terme nouveau pour la plupart des digital marketers. Néanmoins, cet ensemble de techniques est en constante évolution et nous oblige à suivre la tendance afin de rester visible par les internautes. Parmi ces nouveautés, l’AEO fait parler de lui depuis un certain temps, notamment chez les spécialistes du référencement naturel. Si le terme est assez nouveau pour vous aussi, nous allons tâcher de vous éclairer dans cet article.

Qu’est ce que l’AEO ?

AEO est l’acronyme de Answer Engine Optimization. Il s’agit d’une branche du SEO ou Search Engine Optimization. L’AEO sert à mettre un site en avant dans les pages de résultats des moteurs de recherche mais d’une autre manière : elle permet de donner des réponses aux questions des internautes directement sur la première page des résultats. Dans certains cas, les internautes ne sont donc plus obligés de cliquer sur le lien d’une page externe. Les moteurs de recherches tendent à devenir des moteurs de réponses. 

L’AEO n’est pas un concept totalement nouveau car Google et d’autre moteurs ont déjà étudié la question depuis quelques années. Néanmoins, c’est aujourd’hui qu’il commence à prendre de l’ampleur avec la multiplication des recherches vocales. 

Pourquoi s’intéresser à l’AEO en 2020 ?

Les techniques du SEO ont évolué avec la technologie et suivant le comportement des internautes. En effet, si 70% des recherches se sont faites sur les ordinateurs dans les années 2000 pour ne laisser que peu de place aux mobiles et à la recherche vocale, la tendance est inversée aujourd’hui. Les recherches sur mobiles ont rapidement augmenté et pour 2020, la plupart des analystes estiment que 50% des recherches seront vocales. L’AEO en est indissociable. Pour faire leurs recherches, les internautes se servent aujourd’hui d’enceintes connectées ou de téléphones équipés d’assistants vocaux pour de multiples raisons :

– Les recherches vocales permettent d’avoir des réponses rapides et concises.

– Elles sont pratiques : on peut le faire quasiment n’importe où, spécialement quand les mains et la vision sont occupées (quand on conduit par exemple).

– Ce type de recherche nous dispense d’une expérience utilisateur parfois mauvaise sur certains sites.

– Elles sont adaptées à la plupart des activités de la vie quotidienne et aux activités commerciales : les achats, les sorties, les conseils pratiques, les recherches locales, le service client…

– Faire des recherches par la voix est tout simplement amusant et à la mode.

Outre la recherche vocale, l’optimisation AEO d’un site permet d’apparaître à la tête de tous les résultats de recherches, même quand les internautes tapent leurs mots-clés sur leurs navigateurs. Vous avez peut-être déjà noté que depuis un certain temps, Google affiche en position zéro (au dessus de tous les résultats) une réponse sous forme de liste quand vous tapez des questions telles que “Comment” et “Quels sont” sur votre barre de recherche.  

Cet emplacement réservé uniquement aux sites optimisés AEO est aujourd’hui important en sachant que la recherche sur mobile a aussi dépassé celle effectuée sur les ordinateurs et que les résultats affichés en priorité y sont beaucoup moins nombreux. 

Bref, pour que votre site puisse apparaître à cette position, on vous donne ici quelques techniques.

Comment optimiser AEO votre site

Si les moteurs de recherche nous ont toujours donné plusieurs réponses à une requête (les SERP), ils sont plus intelligents aujourd’hui et cherchent à nous donner LA meilleure réponse. Afin que Google sache que l’on a cette meilleure réponse et que l’on mérite donc la meilleure position, il faut l’en convaincre en lui donnant toutes les informations nécessaires : l’objectif même de l’Answer Engine Optimization. Voici ce que vous pouvez faire pour y arriver : 

1. Permettre aux moteurs de recherche de comprendre facilement qui vous êtes 

– Utilisez les balisages schema.org : ils servent à faciliter la compréhension des données d’une page par les robots des moteurs de recherche et à afficher des résultats enrichis sur les SERP. Vous pouvez les mettre en place à partir de Google Search Console.

– Mettez en place des balises HTML5 sémantique. Ils permettent aux robots de définir le rôle et le fonctionnement de chaque élément d’une page.

– Complétez les informations vous concernant sur la toile et assurez-vous qu’elles soient toutes cohérente. Outre votre site, utilisez par exemple vos réseaux sociaux, les annuaires, les sites d’informations ou d’avis, etc. pour communiquer l’identité de votre entreprise, vos activités, votre adresse, vos produits, vos prix, etc.

2. Prouver aux moteurs de recherche que vous êtes crédible

– Choisissez quelques plateformes crédibles où vos clients sont présents et encouragez-les à y donner leurs avis ou notes sur votre entreprise ou vos produits.

– Tâchez d’avoir plusieurs mentions sur les réseaux sociaux, le community management vous sera utile pour votre AEO.

– Mis à part les réseaux sociaux, avoir des références et des mentions émanant des sites ayant de la notoriété (sites d’informations, presse…) est aussi un véritable atout pour votre crédibilité. Il en est de même pour les leaders d’opinions.

3. Optimiser le contenu de votre site pour la recherche vocale 

– Utilisez un langage “naturel” dans votre contenu. Les internautes posent généralement des questions d’une manière simple dans la recherche vocale, aussi, votre contenu doit se rapprocher le plus possible de cette élocution.

– Optez pour les formats simples. Utilisez par exemple des titres sous forme de question et un paragraphe court comme réponse. Attention, Google privilégie toujours la qualité du contenu avant tout !

L’optimisation d’un site pour les moteurs de réponse implique ainsi une série d’actions à réaliser. Commencez dès maintenant pour gagner votre place en position zéro sur Google !

Food et communication - les tendances du moment - Agence Sharing

Food et communication : quelles sont les grandes tendances ?

Food et communication : quelles sont les grandes tendances ? 2000 1500 Sharing

Depuis que les réseaux sociaux font partie intégrante de notre vie quotidienne, notre mode de vie a subi plusieurs transformations, y compris notre façon d’apprécier la nourriture. Elle n’assure plus uniquement notre survie, elle révèle aujourd’hui un style de vie, un engagement. Avec ces nouvelles valeurs, la « food » est même devenue un outil de communication pour les marques et les grandes tendances du moment s’articulent autour d’elle. 

La food, un sujet populaire sur les réseaux sociaux

Nous sommes aujourd’hui nombreux à poster des photos de plats bien dressés sur les réseaux sociaux, notamment sur Instagram. Le hashtag #food a même fait partie des Top 30 hashtags les plus utilisés en 2018 et les recherches reliées à la nourriture se comptent en milliard sur Youtube. Par ailleurs, les lecteurs de blogs food constituent également 39% des consommateurs. Mais l’intérêt que les internautes ont pour la nourriture ne se limite pas aux partages sur les réseaux sociaux, à la réalisation de recettes trouvées sur le web ou encore à l’utilisation des émojis food. Désormais, elle reflète aussi des valeurs. Parmi les dernières tendances, on parle beaucoup de véganisme et de végétalisme aujourd’hui, des sujets qui ne manquent pas d’attirer l’attention des marques.

La nourriture au service de l’engagement

De plus en plus de consommateurs choisissent de manger vegan. Pour rappel, un vegan est une personne qui ne consomme aucun produit issu de l’exploitation animale, qu’il s’agisse de nourriture, de produits cosmétiques ou autres comme les vêtements et les chaussures. Un végétalien quant à lui est un végétarien strict, c’est-à-dire qu’il ne mange ni la viande ni les aliments issus des animaux comme l’œuf, le lait et le miel. Il évolue souvent vers le véganisme.

Mais les consommateurs privilégient aussi les marques et les établissements éco responsables aujourd’hui. On se soucie davantage de l’environnement, aussi, il est important pour les consommateurs de connaître l’origine des aliments qu’ils consomment et de favoriser les restaurants qui recyclent. Pour séduire cette partie de la population, les marques s’engagent aussi dans l’éthique.

Aujourd’hui, il existe également des applications qui permettent de compter les calories qui se trouvent dans nos plats. La tendance est de permettre au public de manger bien et sainement.

Outre l’adhésion des marques aux engagements des consommateurs d’aujourd‘hui, elles peuvent aussi communiquer autrement avec eux à travers la nourriture.

Les animations culinaires

Quand on parle de food, on parle aussi de culture et de geste social. Plus de 50% des millenials préfèrent en effet assister à un festival culinaire qu’à un événement musical. Il s’agit d’un plaisir qu’on aime partager avec les autres. La food fédère naturellement le public, une raison pour laquelle les marques font aujourd’hui appel aux traiteurs événementiels pour organiser des animations culinaires. Une belle expérience gustative associée à l’esthétisme culinaire se partagent en effet facilement sur les réseaux sociaux. Par ailleurs, en implantant un “food stand” lors d’un évènement d’entreprise, on matérialise l’univers de la marque. L’expérience gustative et visuelle offerte par les animations culinaires marque l’esprit des invités qui la mémorisent. En interne, la food renforce la cohésion des équipes et en externe, elle renforce l’image de la marque.

Mais si cette technique est adaptée à la plupart des marques, comment faire pour avoir plus de visibilité quand on travaille dans le secteur culinaire ?

Créer une stratégie d’influence food

Si la nourriture est le cœur même de son activité, on ne peut pas se contenter des animations culinaires pour gagner en visibilité et en crédibilité. Pour ce faire, il faut avoir de l’influence sur les consommateurs et la meilleure manière d’y arriver est de travailler avec les influenceurs. Les clients cherchent les avis d’autres consommateurs comme eux avant de prendre une décision d’achat et ils font confiance aux leaders d’opinion tels que les influenceurs. Néanmoins, outre le fait que l’influenceur de votre choix doit partager la même passion que vous pour la nourriture, il est aussi indispensable qu’il ait de véritables échanges avec ses abonnés. Les micro et les nano-influenceurs food sont ceux qui vous permettent d’avoir le meilleur taux d’engagement de la part de votre audience. Ils sont le plus souvent passionnés et entreprennent une relation de proximité avec leurs communautés.

Les tendances actuelles de la food et de la communication mettent ainsi le consommateur à l’honneur, notamment à travers l’usage des réseaux sociaux et des nouvelles stratégies marketing qu’ils ont apportées. La food est en effet un sujet qui aura toujours l’attention des consommateurs et elle peut très bien faire la différence entre les marques.

Définition de la deep tech - Agence Sharing

La deep tech, c’est quoi ?

La deep tech, c’est quoi ? 2000 1500 Sharing

La deep tech fait référence aux projets des startups ou entreprises dont les produits et services sont basés sur l’innovation de rupture, c’est-à-dire une innovation qui peut changer radicalement nos habitudes de consommation. Elle est le plus souvent issue de la recherche fondamentale et passe donc par une longue phase d’études et de développement avant d’être mise sur le marché. Développer un projet de technologie biotech peut par exemple prendre 4 ans. Le terme est aussi utilisé pour désigner la start-up porteuse de ce type de projet. Il apporte des solutions à des problématiques de grande envergure telle que la santé publique et l’énergie qu’il n’est possible de résoudre qu’avec de la « haute technologie ».

Les domaines d’application de la deep tech

La deep tech peut être appliquée à de nombreux domaines : l’intelligence artificielle, la robotique et les drones, la chimie, la photonique, l’électronique… La deep tech est par exemple à l’origine d’internet et de la technologie mobile. Elle a aussi servi à la création d’un implant à placer sur la colonne vertébrale récemment. Celui-ci permet à une personne paralysée de remarcher (projet de la start-up G-Therapeutics). Les Startups qui portent des projets deep tech sur la santé et la technologie médicale sont de plus en plus nombreuses. On notera par exemple les startups françaises Diabeloop – à l’origine d’un pancréas artificiel – et Keranova qui propose des solutions de robotique ophtalmologique. Mais si cette technologie nécessite beaucoup de ressources, notamment financières, pourquoi parle-t-on surtout de start-up ? 

Le financement des deep tech

Il est clair que des projets aussi ambitieux intéressent également les opérateurs historiques. L’un des plus grands projets dans le domaine est d’ailleurs déjà conduit par IBM : l’ordinateur quantique. Néanmoins, il existe aujourd’hui quelques organisations qui financent les startups. Le Boston Consulting Group et l’association Hello Tomorrow en font partie. D’après leurs études, la petite taille et la vivacité des startups leur permettent d’innover plus radicalement. En France, Supernova Invest gère des fonds d’investissement d’un montant de 260 millions d’euros pour soutenir les startups deep tech. Elle a une cinquantaine de sociétés dans son portefeuille. Bpifrance va aussi investir sur cinq ans 1,3 milliards d’euros dans le financement de 2000 startups. Elle ambitionne de faire de l’Hexagone une Nation Deep Tech d’ici 2023. L’investissement dans le secteur a atteint les 18 milliards de dollars en 2018 à l’échelle mondiale.