Web marketing

Mesurer la satisfaction client via le digital - Agence Sharing

Utiliser le digital pour mesurer la satisfaction client

Utiliser le digital pour mesurer la satisfaction client 2000 1500 Sharing

Plus important encore que l’obtention d’un bon retour sur investissement, la satisfaction client est l’objectif de toute stratégie marketing digne de ce nom. C’est en effet le garant du développement et de la pérennité des activités de l’entreprise. Mais comment savoir si vos clients sont satisfaits de vos produits ou services ? Pour avoir une réponse, il faut bien évidemment demander leurs avis, mais le véritable souci est de savoir leur poser la question. Comme nous vivons dans une époque où on n’a de temps que pour les choses qui nous importent vraiment, peu de gens sont disposés à participer à un sondage ou à un long questionnaire pour donner ces informations aux marketeurs. La meilleure solution à ce problème est de se tourner vers le digital.

Pourquoi choisir le digital pour mesurer la satisfaction client ?

L’heure est à la digitalisation, notamment dans le domaine du marketing. Une bonne partie des achats se fait en ligne et 88% des clients ont l’habitude de consulter les avis des autres consommateurs avant d’acheter en ligne un produit ou un service. Il paraît donc logique d’emprunter le même chemin pour demander aux clients s’ils sont satisfaits ou non de leurs achats. De plus, la satisfaction client est particulièrement utile pour la e-réputation d’une marque. Un client satisfait est en général fidèle à la marque en question et il a tendance à la recommander aux autres. Par ailleurs, les outils digitaux sont aussi les plus favorables à l’interaction, ils sont rapides et faciles d’utilisation. Plus concrètement, on peut mesurer la satisfaction client à travers des indicateurs précis.

Les indicateurs de satisfaction les plus connus

Chaque entreprise a sa propre technique pour connaître le niveau de satisfaction de ses clients. Il y a d’ailleurs plusieurs options telles les enquêtes in-App (un questionnaire de feedback intégré de manière discrète à un site web), les sondages par mail ou les sondages par chat. Dans tous les cas, elles se servent en général de l’un des indicateurs suivants pour mesurer la satisfaction client :

–    Le CSAT ou score de satisfaction client (Consumer Satisfaction en anglais) : il s’agit de demander aux clients d’estimer leur niveau de satisfaction par rapport au produit ou service sur une échelle de 1 à 3, 1 à 5 ou 1 à 10.

–    Le NPS ou Net Promoter Score : cet indicateur permet de savoir à quel point les clients sont disposés à vous recommander à d’autres. Les consommateurs sont répartis en 3 catégories selon les notes qu’ils attribuent à la marque : 10-9 pour les promoteurs, 8-7 pour les neutres et 6-0 pour les détracteurs. Pour avoir votre score, soustrayez le taux des détracteurs à celui des promoteurs.

–    Le CES ou Consumer Effort Score : ici on mesure le niveau de difficulté que le client a fait pour réaliser son achat. L’échelle varie de 1 à 7, 1 étant la valeur attribuée au moindre effort.

Mais les sites web et les applications ne sont pas les seuls canaux qu’on peut utiliser pour mesurer la satisfaction client, on peut aussi passer par les réseaux sociaux et c’est même la meilleure alternative. 

Mesurer la satisfaction client par les réseaux sociaux : les avantages

C’est bien connu, les réseaux sociaux sont les meilleurs endroits pour échanger directement avec les clients. Outre vos propres réseaux où vous pouvez lire directement les commentaires de vos clients, vous pouvez aussi savoir ce qui se dit de votre entreprise ailleurs en utilisant des outils comme Mention ou Social mention. Les réseaux sociaux offrent aux utilisateurs plus d’espace et plus de liberté, du coup, les socionautes sont plus enclins à vous faire part, parfois en détail de leurs sentiments pendant et après l’achat. De la même manière, vous pouvez leur apporter une solution personnalisée via le réseau utilisé.

Néanmoins, vous pouvez aussi choisir d’autres solutions innovantes comme le chatbot ou la borne interactive placée à la sortie de votre magasin pour connaître le niveau de satisfaction de vos clients. L’essentiel est d’être à l’écoute et réactif aux réactions de vos consommateurs.

Comment briefer une agence de communication- Agence Sharing

Comment bien briefer une agence de communication ?

Comment bien briefer une agence de communication ? 2000 1500 Sharing

Face à la diversité des canaux de communication actuels et à la concurrence entre les marques, il est souvent nécessaire de faire appel à une équipe de professionnels pour mener à bien une campagne de communication. Néanmoins, pour que celle-ci soit une réussite, il est important d’avoir une bonne organisation et elle commence par un bon briefing. Il est donc indispensable de savoir comment bien briefer une agence de communication étant donné que le briefing est à la base d’une collaboration harmonieuse entre les 2 parties. Mais comment préparer un brief pour une agence de communication ? Que faut-il inclure dans le document ? Un brief rédigé est-il suffisant ? Les réponses dans notre billet.

Les prérequis pour réussir le briefing de votre agence de communication

Avant de rédiger votre document pour briefer une agence de communication, il y a quelques procédures à suivre afin d’éviter les malentendus et les pertes de temps.

Pour commencer, organisez une réunion avec les dirigeants et toutes les personnes impliquées dans la réalisation du projet à confier à une agence de communication. C’est cette réunion qui définira clairement les objectifs, le budget alloué, les supports à utiliser et surtout, elle permettra à chacun de donner son opinion afin que tous soient d’accord sur les décisions à prendre. Les divergences entre les collaborateurs d’une entreprise peuvent sérieusement impacter le travail de l’agence de communication choisie. Après la réunion, il est indispensable de synthétiser les idées que tous ont partagé et de les faire valider par les dirigeants. L’implication des dirigeants est capitale pour briefer une agence de communication selon les principes de l’entreprise.

Ensuite, pour plus d’efficacité, pensez à présélectionner 3 ou 4 agences afin que vous puissiez avoir le choix et afin que vous ne soyez pas obligé de tout recommencer au cas où l’agence de votre choix ne puisse pas répondre à vos attentes. Prenez le temps de faire connaissance avec elles, d’avoir des références et de parler de votre projet en même temps. Cela vous donnera également la possibilité d’affiner votre brief.

Maintenant que vous savez exactement ce que vous et votre entreprise attendez de votre prestataire, il est temps de rédiger votre briefing et voici les éléments fondamentaux qu’il faut y inclure.

Que doit contenir un brief agence ?

Comme son nom l’indique, un briefing doit être bref et surtout précis. Il ne devrait donc contenir que les éléments essentiels :

Le contexte

Analyse SWOT de votre entreprise, votre politique stratégique, vos concurrents, le marché dans lequel vous évoluez, les détails sur vos produits, l’historique de votre marque.

Les objectifs

Quel est votre objectif marketing ? Augmenter la vente ? Générer du trafic sur votre site ?  Du point de vue communication, souhaitez-vous augmenter la notoriété de votre marque ? Améliorer son image ? Dans tous les cas, il faut qu’ils soient précis et mesurables.

La cible

Quelle est votre cible et quels sont les freins qui pourraient les empêcher d’acheter vos produits ou d’utiliser vos services ?

Le message à faire passer

Quel est le message publicitaire que vous voulez envoyer à votre cible ?

Les médias à utiliser

L’entreprise indique dans son brief les médias qu’elle envisage d’utiliser pour atteindre sa cible.

Les outils de mesure

L’entreprise propose dans son brief des outils pour mesurer les résultats de la campagne de communication : conversions, chiffres d’affaires, tests qualitatifs et quantitatifs…

Le budget

A chaque étape de la campagne, l’entreprise doit allouer un budget et elle le note dans son briefing. Néanmoins, il est également possible de demander à son agence le budget nécessaire pour atteindre les objectifs prévus.

L’échéancier

Il est important de noter dans le brief la durée de la campagne et le délai de réalisation. Un calendrier doit donc être établi pour bien planifier les actions à mener et délimiter dans le temps les différentes étapes de la campagne de communication.

La synthèse de votre brief

Afin de ne pas obliger tout le monde à parcourir le document entier à chaque utilisation, une synthèse des objectifs à atteindre et des tâches à effectuer est à prévoir à la fin de votre briefing.

Le briefing rédigé sert d’outil de référence aussi bien pour l’entreprise que pour l’agence de communication en question. Il doit être le plus clair et le plus explicite possible afin que le résultat de la campagne soit à la hauteur de toutes les attentes. Toutefois, pour l’optimiser, le briefing verbal est aussi utile.

Pourquoi il faut une rencontre physique avec votre agence de communication

Pour bien briefer une agence de communication, le document écrit est indispensable, mais il ne suffit pas pour tout mettre au point. La communication non verbale est toute aussi importante pour éviter les sous-entendus, pour savoir à qui on s’adresse et comment aborder cet interlocuteur. Par ailleurs, il arrive très souvent qu’une modification en induise une autre comme dans le cas d’une création de site web et c’est un fait qu’on ne peut pas toujours prévoir. Dans ce cas, il est plus pratique de se rencontrer physiquement.

Afin de respecter la liberté des créatifs et aussi pour que vous ayez un bon aperçu sur les prestations de chaque agence présélectionnée, il est recommandé de les briefer séparément au cours d’une réunion, même si généralement, tous les candidats sont au courant qu’ils sont en compétition. Un briefing à l’oral permet en outre d’éclaircir davantage le brief rédigé.

Pour finir, afin que la coopération avec votre agence se déroule dans les meilleures conditions, on vous donne ici quelques conseils utiles. 

Conseils pour une collaboration fructueuse

Bien que ce soit vous qui ayez rédigé le briefing, l’agence qui va mener votre campagne peut également avoir de bonnes idées pour faire passer votre message, spécialement s’il s’agit d’une agence conseil. Aussi, voici quelques astuces pour garder une ambiance sereine tout au long de votre collaboration.

  • A la suite de votre briefing, prévoyez un échange avec votre prestataire pour clarifier les premiers points obscurs.

  • Assurez-vous que tout a été bien compris en laissant votre interlocuteur répéter lui-même les objectifs. 

  • L’entreprise donne seulement les directives, mais elle doit laisser à l’agence assez de latitude pour qu’elle puisse y apporter de la valeur ajoutée.

  • Laissez du temps à votre prestataire pour travailler, ne lui demandez pas des premières idées dès la fin de votre brief.

  • La réactivité est bénéfique pour tous, aussi soyez présent pour toutes les demandes de votre prestataire.

  • Il est important que tous les concernés soient présents aux réunions de brief afin d’éviter les longues chaînes d’interlocuteurs qui déforment les informations.

  • Une réunion de présentation est nécessaire quand une première version du projet est terminée pour une mise au point. Évitez d’utiliser les termes synonymes de « C’est nul » si jamais quelque chose ne vous convient pas.


Digitalisation des RH - Agence Sharing

Le digital au service des Ressources Humaines

Le digital au service des Ressources Humaines 2000 1500 Sharing

À l’instar des autres services qui constituent une entreprise, les Ressources Humaines ne dérogent pas à la tendance du moment : la digitalisation. Si on a toujours attribué à ce département des fonctions purement administratives, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Avec la digitalisation des ressources humaines, il peut contribuer pleinement à l’évolution et même à la productivité de l’entreprise. Mais afin de comprendre comment cette nouvelle tendance peut impacter la vie d’une société, il faut d’abord connaître son vrai sens. Lumière sur la digitalisation des Ressources Humaines et ses aspects.   

Qu’est-ce que la digitalisation des RH ?

La digitalisation des RH est un ensemble de processus destiné à faciliter la gestion des ressources humaines. Elle repose sur l’utilisation d’outils digitaux qui en général permettent d’automatiser et de dématérialiser les tâches administratives. Le processus vise également à améliorer le bien-être professionnel des salariés et la marque employeur de l’entreprise. Concrètement, la transformation déjà opérée dans la gestion des ressources humaines se reflète dans les faits suivants :

  • L’automatisation des tâches administratives, telles que : la gestion de la paie et des déclaratifs, la gestion des congés et la planification de la main d’œuvre, le planning des activités, la gestion des notes de frais…
  • La flexibilité des horaires et du lieu de travail. 
  • La possibilité pour les salariés de se former en continu grâce aux Massive et Small Online Open Courses (MOOC et SOOC).
  • La gestion électronique des documents.
  • L’existence des réseaux sociaux d’entreprise.
  • La digitalisation du processus de recrutement et de l’entretien individuel.
  • L’usage des réseaux sociaux, des jobboards et des sites carrières pour le sourcing.

D’après une étude réalisée par Infopro Digital Etudes, plus de la moitié des entreprises interrogées n’utilisent encore les outils digitaux que pour les tâches administratives alors que la digitalisation peut être un véritable atout pour l’entreprise. Voici quelques avantages dont vous pourrez bénéficier en digitalisant vos ressources humaines.

Les impacts de la digitalisation RH sur la vie de l’entreprise 

L’automatisation des tâches administratives et la dématérialisation des documents sont les usages les plus fréquents de la digitalisation. La raison en est que non seulement, ils facilitent la gestion mais ils permettent également de gagner du temps. L’entreprise peut ainsi se recentrer sur des activités à plus forte valeur ajoutée et penser au bien-être professionnel de ses salariés. L’usage des réseaux sociaux internes facilite par exemple les échanges entre les collaborateurs et permet aux employeurs de connaître les besoins de leurs salariés. L’impact de la digitalisation se répercute également sur la marque employeur qui se trouve améliorée par la facilité des échanges.

Par ailleurs, la digitalisation RH permet aussi de réduire les coûts liés au recrutement. Désormais, la diffusion des annonces de recrutement se font facilement et gratuitement. Les médias sociaux tels que LinkedIn favorisent particulièrement leur visibilité auprès d’une cible qualifiée. La gestion des talents devient aussi facile avec la digitalisation. Les logiciels de recrutement permettent de créer des CVthèques et de chercher aisément les talents par mots-clés. Les plus avancés en matière de digitalisation peuvent se prêter à l’analyse de ses données RH grâce au big data et aux analytiques. 

Pour les salariés, la centralisation des informations et la fluidité de la communication rendent la collaboration et la vie en entreprise meilleures. Outre le pouvoir de participer à l’optimisation du process RH, ils peuvent consulter librement leurs données personnelles, comme les soldes de congé à tout moment. L’utilisation des outils digitaux en RH offre aussi aux salariés l’opportunité de faire du télétravail ou du flex office. Ils gèrent leurs temps plus librement. A l’ère de la collaboration, les contraintes de la hiérarchie se font moins sentir et l’existence des outils digitaux permet à chaque salarié d’exprimer leurs opinions sur la vie en entreprise.

La digitalisation présente donc plusieurs avantages aussi bien pour l’entreprise que pour les salariés, mais comment faire pour en bénéficier ?

Comment mettre en place le digital RH ?

Pour entrer dans l’ère du numérique, le service RH de votre entreprise nécessitera probablement une réorganisation. Vous aurez besoin de vous équiper d’un logiciel SIRH ou Système d’Information des Ressources Humaines pour commencer. Il vous permettra d’automatiser toutes vos tâches administratives. Mais l’usage d’un nouveau logiciel implique aussi des moyens financiers et souvent de nouvelles compétences ou de ressources. Néanmoins, vous avez aussi la possibilité d’opter pour les modèles Saas ou Cloud. Ils sont moins onéreux, facile à déployer et accessible à tout moment de n’importe quel endroit où il y a internet.

 Il faudra donc prévoir ces changements et aller au-delà des éventuelles barrières culturelles, spécialement sur la mise en place et l’usage de réseaux sociaux d’entreprise. Selon vos moyens, vous pouvez aussi vous procurer un ATS. Pour être à la pointe de la tendance technologique, certaines entreprises se servent également de l’intelligence artificielle pour améliorer le service des ressources humaines. Les chatbots commencent à se faire connaître dans ce département.  

Comment améliorer son customer journey- Agence Sharing

Comment mieux connaître son “customer journey” ?

Comment mieux connaître son “customer journey” ? 2000 1500 Sharing

La réussite de toute stratégie marketing repose sur la connaissance du public cible. Face à l’étendue des choix qui se présentent aujourd’hui aux consommateurs, il est en effet indispensable de pouvoir répondre de manière précise à leurs demandes et pour ce faire, il faut d’abord les comprendre. C’est dans cette optique qu’est né le customer journey, un concept qui intéresse tous les marketeurs désirant développer leurs activités. Mais quelle est exactement la définition du customer journey ? Que faut-il faire pour le comprendre et comment peut-on le rendre meilleur ? Les réponses dans notre article.

Qu’est-ce que le customer journey ?

Le customer journey ou parcours client en français résume l’expérience que vit le client depuis son entrée en contact avec la marque ou l’entreprise jusqu’à l’établissement d’une relation de longue durée avec elle au-delà d’un premier achat. Pour connaître son parcours client, il ne suffit pas de connaître son profil (persona), il faut se mettre à sa place afin de vivre les mêmes expériences et comprendre toutes les émotions qu’il ressent tout au long de son parcours.

Connaître son customer journey est un réel atout pour une entreprise. Il permet de savoir ce qui motive les clients à recourir au service de l’entreprise et à découvrir tous les obstacles qu’ils rencontrent à chaque étape de leurs achats, le but étant de pouvoir y apporter une solution et d’offrir une meilleure expérience client. Afin de connaître le parcours de leurs clients, les marques se servent ce qu’on appelle le customer journey mapping.

Le customer journey mapping pour se mettre à la place des clients

La cartographie du parcours client est un document qui retrace l’expérience vécue par le client à chacune de ses interactions avec une marque en vue de réaliser une action (un achat par exemple). Il illustre tout le processus d’achat et met en exergue tous les points de contact du client avec la marque sans oublier de mentionner l’émotion que le client ressent à chacune de ces étapes. Il n’y a pas de format standard de customer journey map.

Le parcours client peut se dérouler sur plusieurs canaux et la cartographie du parcours tient compte de chacun d’eux. Un client peut par exemple entrer en contact avec une marque sur les réseaux sociaux, transiter par le site web et aboutir sur une conversation téléphonique ou dans un magasin physique. On parle alors de parcours client cross canal. La cartographie illustre donc ce parcours en détail. Pour en créer une, il faut se mettre à la place du client. Voici en résumé comment créer un customer journey map :

1.   Réunir tous les acteurs en relation directe ou indirecte avec la clientèle de votre entreprise et leur faire comprendre l’importance du parcours client.

2.   Définir le buyer persona pour qui la cartographie doit être réalisée : généralement une marque en possède plusieurs types et la cartographie sera différente pour chacun d’eux.

3.   Définir si vous allez cartographier un parcours online, un parcours offline ou un parcours mixte.

4.   Organiser une enquête auprès de vos clients afin de savoir entre autres pourquoi ils interagissent avec vous, par quel canal ils passent pour le faire et combien de fois doivent-ils vous contacter avant de prendre leurs décisions d’achat.

5.   Réunir toutes les données que vous avez sur les personas (les statistiques des réseaux sociaux, les taux de conversion, le taux de rebond de votre site, les indicateurs de satisfaction clients comme le score CSAT…) que vous avez définis auparavant afin de découvrir les failles et les points satisfaisants de votre parcours client actuel.

6.   Utiliser l’ensemble de ces données pour créer votre customer journey map. Vous allez donc simuler un parcours pour chaque profil type de client avec les données que vous avez et vous allez y recenser les points de contact ou Touchpoint : il s’agit de tous les moments où le client entre en contact avec la marque que ce soit avant, pendant ou après l’achat sur n’importe quel canal de communication.

Chacun de vos parcours client devrait vous permettre de découvrir à l’issue de cette étude de déceler les forces et les faiblesses de votre stratégie et d’y remédier. C’est par cette analyse que doit aboutir votre étude. Actuellement, vous pouvez vous servir des dernières innovations technologiques pour améliorer votre parcours client.

Les nouvelles technologies au service du parcours client

Afin que les clients puissent vivre une meilleure expérience dans leur parcours d’achat, les marques ont aujourd’hui la possibilité d’utiliser des technologies dernier cri comme l’informatique de localisation. C’est une technologie qui avantage en même temps l’entreprise et les clients. Elle fonctionne avec la réalité virtuelle notamment pour aider les clients à trouver facilement les produits en promotion dans un supermarché ou dans les magasins près de chez eux. Du côté des marques, elle permet de promouvoir les activités promotionnelles et donc d’augmenter les ventes.

Les marques peuvent aussi avoir recours à la configuration 3D des produits, à la réalité virtuelle ou à la réalité augmentée pour permettre aux clients de vivre une expérience plus amusante et interactive. Ces technologies permettent également aux clients de voir les produits qu’ils veulent acheter sous différents angles et dans un contexte réel. Enfin, les marques sont aussi nombreuses à utiliser les chatbots ou agents conversationnels aujourd’hui pour assister leur client à tout moment.

L’usage de ces technologies est aujourd’hui recommandé afin de faire face à la concurrence et d’offrir les meilleures expériences aux consommateurs.

Méthodes pour trouver le bon nom de marque - Agence Sharing

Comment trouver un bon nom de marque ?

Comment trouver un bon nom de marque ? 2000 1500 Sharing

À la création d’une entreprise, on a souvent tendance à se focaliser sur le fonctionnement et la rentabilité de son activité. On en arrive parfois à minimiser l’identité de la marque, à commencer par le choix de son nom. Le nom d’une marque est pourtant la première chose que les clients voient avant qu’ils entreprennent une quelconque interaction avec elle. S’il est bien choisi, le nom d’une marque peut générer chez les clients l’émotion qui les fera choisir cette marque plutôt qu’une autre au moment de leurs achats. Il est également censé rester le même pendant toute la durée de vie de la marque quelle que soit l’évolution qu’elle subit.

Autant de raisons et bien d’autres encore font que négliger le choix du nom de marque serait une erreur. Il est indispensable de prendre du temps pour l’étudier. Mais comment faire pour choisir le bon nom de marque ? Par où commencer l’étude ? Les sources d’inspirations peuvent être multiples. Afin de faciliter votre recherche et d’affiner votre liste dès le début, commençons par les types de noms que vous devriez éviter.

Les pièges à éviter à la création du nom de marque

Les méthodes pour choisir le nom d’une marque sont nombreuses. Aussi, pour être plus efficace, procédez par élimination pour commencer. Voici ce que vous ne devez pas faire si vous voulez avoir un bon nom de marque :

  • Choisir un nom d’entreprise qui peut limiter sa croissance dans le futur : un nom relié à la tendance actuelle qui sera vite passée de mode, un nom relié à la localisation géographique surtout si vous pensez étendre vos activités dans d’autres zones plus tard, un nom qui ne permet pas de vous différencier, un nom relié à votre activité actuelle qui devra être modifié si vous en faites d’autres à l’avenir…

  • Opter pour un nom trop générique qui n’apporte pas de valeur ajoutée (exemple : X consulting), ce type de nom de marque ne permet pas aux clients de tout de suite comprendre l’activité de votre entreprise, de plus il ne peut être déposé ni protégé.

  • Orthographier le nom de la marque de façon inhabituelle (par exemple : on peut écrire FéeMain pour signifier Fait Main mais surtout pas FezMain).

  •  Choisir un nom trop long ou trop difficile, il ne doit pas faire plus de 2 mots.

  •  Ne pas tester les noms présélectionnés auprès de vrais clients (nous verrons plus loin comment le faire).

  • Utiliser des sigles ou acronymes qui n’ont pas de sens à première vue.
  • Utiliser des noms étrangers sans connaître tous leurs sens au risque de faire fuir votre clientèle (vous connaissez cette couche bébé qui s’appelle Pedo ? Ou ce snack qui s’appelle Crack Free ?).

  • Oublier de vérifier si le nom de votre choix est encore disponible.

Maintenant que vous savez ce qu’il ne faut pas faire, voici les étapes à suivre pour diriger votre réflexion sur le nom idéal pour votre marque.

Les étapes pour trouver le bon nom de marque 

Cette liste n’est pas exhaustive mais elle contient les principales étapes que vous ne devriez pas manquer afin d’atteindre votre objectif : trouver le bon nom de marque.

  • Faire le point sur l’identité de votre entreprise et sur votre clientèle cible : quelles sont les valeurs, les missions, la vision de votre entreprise ? Qui est votre cible (ou persona) ? C’est l’idée de base sur laquelle doit reposer votre nom de marque.

  • Créer l’univers de la marque, c’est-à-dire considérer son histoire, le marché dans lequel elle évolue, son positionnement par rapport aux concurrents…

  • Déterminer votre Unique Selling Proposition : il s’agit de votre avantage concurrentiel, ce qui vous différencie de vos concurrents.

  • Penser à la déclinaison de la marque : comment serait votre logo, quel pourrait-être votre slogan…

Après avoir passé ces étapes, voici quelques idées que vous pouvez utiliser pour créer le nom de votre marque.

Méthodes pour créer le bon nom de marque

Le nom de marque idéal est un nom simple, facile à retenir et en accord avec les activités de la marque. Toutefois, il y a aussi plusieurs autres alternatives, plus originales pour la plupart. En voici quelques-unes :

  • Utiliser un patronyme : c’est le plus simple, il suffit de reprendre le nom du fondateur et de le décliner sur les produits.

  • Choisir le nom même du concept : Easyrencontre par exemple est un site de rencontre.

  • Créer un nom à partir de jeux de mots : Pile Poêle est un restaurant, Propre&Net est une entreprise de nettoyage…

  • Associer 2 mots évocateurs de votre activité ou produit : Intuiciel est la fusion de Logiciel Intuitif.

  • Se servir de la phonétique : Colissimo fait référence aux colis, Meetic sous-entend rencontre mythique.

  • Transformer un mot simple et l’écrire autrement à l’instar de la carte Liber T.

  • Utiliser le nom d’une célébrité ou d’un lieu célèbre : dans ce cas, il faut prévoir les royalties à verser à la star ; les grandes appellations font également l’objet de plusieurs contrôles et conditions avant de pouvoir être utilisées.

  • Acheter une licence afin de pouvoir utiliser un nom célèbre d’un autre secteur : transposer le nom de Star Wars sur ses produits par exemple.

  • Demander l’avis de votre entourage : il vous permettra d’avoir d’autres idées auxquelles vous n’avez peut-être pas pensé.

  • Présélectionner 2 ou 3 noms qui vous semblent intéressants et vérifier leur conformité avec l’objectif initial : celui d’évoquer la véritable identité de votre marque et ses avantages.

  • Vérifier si les noms de votre choix sont encore disponibles. S’il s’agit d’un nom de domaine, vous pouvez le faire sur Ionos. Pour vérifier si la marque est déposée, vous pouvez aller sur https://bases-marques.inpi.fr/
     
  •   Tester les noms avec de vrais clients : demandez-leur (si vous avez déjà des clients) ou à vos proches à quoi les noms leur font penser, si le positionnement est clair, si c’est sérieux ou décalé etc. Vous pouvez aussi lancer une campagne Google Ads ou Facebook pour savoir quel nom attire le plus votre public.

  • Déposer le nom de la marque à l’Institut National de la Propriété Industrielle (INPI). Il est à noter que le dépôt de marque n’est pas forcément indispensable dans tous les cas.

Notes sur les noms de domaine

Si vous voulez créer un site web en même temps, il est préférable de réserver votre nom de domaine dès la création de votre nom de marque. L’idéal est d’utiliser le même nom pour les deux. Pensez à réserver à la fois le .com et le .fr. Pour puiser des idées de noms de domaine, vous pouvez vous servir de générateurs comme Lean Domain Search, NameMesh, DomainNameSoup etc

Pour résumer, il y a d’innombrables moyens de créer un nom de marque mais le bon est celui qui est simple à comprendre et qui inclut l’avantage de la marque. Le bon nom de marque doit être court, facile à mémoriser et rester valable au fil des années. Dans le cas où vous prévoyez d’étendre vos activités dans d’autres pays, votre nom doit aussi être valable au niveau international. La recherche d’un bon nom de marque demande du temps. Il est nécessaire de faire une pause entre les étapes et les différentes méthodes pour ne pas perdre de vue l’objectif. Pour vous simplifier la tâche, vous pouvez également recourir aux services d’une agence branding qui fera tout le travail à votre place. Elle pourra prendre en main toute l’identité de votre marque.

Qu’est-ce qu’un multisite WordPress ?

Qu’est-ce qu’un multisite WordPress ? 2000 1500 Sharing

WordPress est l’un des CMS les plus utilisés par les éditeurs de sites. Pour cause, il est souple, assez facile à gérer et permet à ses utilisateurs de créer différentes sortes de sites web. Parmi les options proposées par la plateforme, le multisite est une solution efficace pour ceux qui veulent créer et gérer plusieurs sites aisément sous WordPress. Mais pourquoi opter pour un tel site et de quoi a-t-on besoin pour pouvoir en créer un ? Commençons par présenter ce qu’est le multisite WordPress.

Le multisite WordPress, c’est quoi ?

Il s’agit d’une fonctionnalité qui permet de créer plusieurs sites à partir d’une seule installation WordPress. Créer un réseau de sites devient ainsi facile avec WordPress Multisite. Ils peuvent être des sous-domaines, des répertoires ou encore des domaines à parts entières en ayant recours au domain mapping. L’utilisation du multisite WordPress facilite énormément la gestion de ces sites étant donné que les modifications peuvent se faire depuis un seul tableau de bord pour la plupart. La fonctionnalité existe depuis la sortie de WordPress 3.0 et fut d’abord connu sous l’appellation WordPress Multi-User (WPMU). Mise à part sa praticité, WordPress Multisite offre encore plusieurs avantages techniques que nous allons détailler dans la partie suivante.

Les avantages d’un multisite WordPress

Le contrôle d’un multisite WordPress est effectué par un Super Admin. A la différence d’un administrateur qui ne peut gérer que le site sur lequel il a ce rôle, le Super Admin contrôle tout le réseau. Il a le pouvoir de :

– Gérer les accès des utilisateurs

– Installer des plugins, les activer et les désactiver

– Installer des thèmes et les personnaliser

– Gérer les contenus de tous les sites du réseau

Avec WordPress Multisite, il est également possible de :

– Assigner un administrateur différent à chacun des sites du réseau

– Installer des plugins et des thèmes sur tout le réseau en un seul téléchargement

–  Gérer les mises à jour de tous les sites depuis l’installation principale

– Créer des sites et des boutiques en ligne en différentes langues, pour différentes régions et avec différentes devises

Néanmoins, si les avantages du multisite WordPress sont nombreux, il y a également des points négatifs à connaître avant de s’en servir.

Les inconvénients

Tous les sites web faisant partie du réseau multisite utilisent la même base de données. Ils appartiennent tous à un même domaine et de ce fait, il est impossible d’isoler un site en particulier pour y réaliser une action spécifique. Il n’est donc pas adapté à tous les cas, spécialement à ceux où les sites doivent permettre aux propriétaires/utilisateurs d’effectuer des changements individuels. Les sites du réseau partagent en effet aussi bien les avantages que les inconvénients de la fonctionnalité dont voici les principaux traits :

– S’il y a un problème de réseau, il affecte tous les sites

– Un pic de trafic sur l’un des sites affectera le serveur sur lequel se trouvent tous les autres sites

– De la même façon, si un site du réseau est victime d’un hack, tous les autres sont également menacés

– Certains plugins WordPress ne supportent pas les réseaux multisites

– Il y a également certains hébergeurs qui ne peuvent pas les supporter

 Si après avoir pesé les avantages et les inconvénients du multisite WordPress, vous êtes décidé à en créer un, voici quelques éléments que vous devez prévoir avant de le faire.

Les conditions à remplir pour créer votre multisite WordPress

Afin de créer un multisite WordPress correctement, vous aurez besoin de quelques aptitudes techniques. Pour commencer, il vous faut trouver un hébergeur capable de gérer plusieurs sites depuis un seul plan d’hébergement web. Votre hébergeur devrait pouvoir donner à vos sites des SSL certifiés afin de garantir leur sécurité et celle des données des utilisateurs. Si un des sites du réseau n’en dispose pas, il mettra en cause la sécurité de tous les autres sites. Ensuite, vos connaissances en matière d’installation WordPress seront également sollicitées car il faudra la sauvegarder puis désactiver tous les plugins. Vous serez également amené à utiliser un FTP pour pouvoir éditer les fichiers et à redéfinir vos permaliens afin qu’ils soient compréhensibles par les utilisateurs et les robots des moteurs de recherche. Pour vous guider dans votre installation, suivez le tutoriel de WordPress.

Les 10 formats principaux de la publicité digitale - Agence Sharing

Publicité digitale : les 10 formats principaux

Publicité digitale : les 10 formats principaux 2000 1500 Sharing

La part de la publicité digitale sur les dépenses publicitaires mondiales est passée de 26,8% en 2014 à 39,3% en 2019 selon les chiffres de Statista et la tendance ne risque pas de s’inverser l’année prochaine. Le succès de la publicité digitale a ainsi poussé les principales plateformes publicitaires comme Google et les réseaux sociaux à diversifier les formats proposés aux annonceurs, toujours à l’affût de nouveaux canaux de communication. Néanmoins, l’existence des nouveaux formats publicitaires n’excluent pas les formats déjà connus que les internautes ont déjà l’habitude de consulter. Pour vos annonces en 2020, voici les principaux formats à utiliser afin de vous permettre de choisir ou de mixer les formats qui vous conviennent.

Les formats classiques

La publicité digitale passe irrévocablement par le plus grand moteur de recherche mondial. Google prévoit en effet diverses solutions pour les annonceurs dont la plus connue est le référencement payant ou SEA.

Le SEA

C’est la solution la plus efficace pour gagner rapidement en visibilité sur Google. Le Search Engine Advertising met à la disposition des annonceurs une multitude d’options pour apparaître principalement au-dessus des résultats naturels du SERP. On notera essentiellement les annonces sur le réseau de recherche de Google et celles du réseau Display qui seront affichées sur ses sites et applications partenaires. Dans les 2 cas, l’annonceur peut choisir entre les annonces textuelles, illustrées ou animées selon ses moyens et ses besoins. Le paiement se fait généralement par clic mais il y a également plusieurs autres options de paiement.

Google Shopping

Un format taillé pour les e-commerçants. Les résultats de Google Shopping apparaissent sous forme de carrousel également au dessus ou à droite des résultats organiques. Il met en valeur les produits vendus par les annonceurs avec les détails les concernant (image, prix, caractéristiques…). 

L’affiliation

L’affiliation est l’une des premières techniques de marketing digital. Elle consiste en un partenariat entre l’affilié (le propriétaire du site qui va ajouter un lien vers le produit /service de l’annonceur) et l’annonceur qui a donc choisi son affilié selon sa pertinence par rapport à ce qu’il propose. L’annonceur rémunère l’affilié pour chaque clic qu’un visiteur aura fait sur son lien par le biais d’une commission ou autre avantage selon le contrat d’affiliation. L’affiliation est aujourd’hui reprise sur les réseaux sociaux par les micro-influenceurs avec les marques.

Le retargeting

Le retargeting est une technique marketing qui consiste à relancer des prospects qui ne sont pas passés à l’acte d’achat. Il peut aussi être utilisé dans le but de faire des ventes complémentaires à d’anciens clients. Il peut donc être appliqué suite à n’importe quel type de publicité digitale.

A côté des formats classiques, d’autres formats publicitaires sont également apparus notamment grâce à l’usage accru des smartphones et à l’évolution incessante des réseaux sociaux. Ils connaissent un franc succès auprès des internautes et méritent amplement d’être mentionnés ici.

Les nouveaux formats de la publicité digitale

La plupart des contenus digitaux sont aujourd’hui pensés pour le mobile, il est aussi utilisé que le desktop aujourd’hui. Les annonceurs sont donc obligés d’adapter le format de leurs annonces à ce nouveau support pour être visible par les mobinautes. C’est principalement pour cette raison que les nouveaux formats publicitaires sont nés.

Le Native Advertising

Le Native Advertising appelé aussi publicité native ou encore publicité caméléon indique une publicité qui s’intègre à la forme et au contenu du site ou de l’application qui l’accueille. Elle remplace les anciennes bannières publicitaires jugées intrusives et très souvent bloquées par les internautes. La publicité native trouve notamment sa place sur les réseaux sociaux où l’audience est plus disposée à découvrir de nouveaux contenus annexes à ce qu’ils consultent.

Le marketing d’influence

Le marketing d’influence est un moyen efficace pour gagner en visibilité grâce à l’audience et à la notoriété de l’influenceur. Sa mission est de promouvoir la marque qui l’embauche. L’influenceur est un leader d’opinion, il peut être une personnalité très suivie sur les réseaux sociaux, un blogueur très connu ou un personnage public. Le plus important est de trouver l’influenceur adéquat avant d’opter pour cette technique.

Les Social Media Ads

La plupart des réseaux sociaux ont leurs volets publicité. Facebook Ads est l’un des plus connus et l’un des plus efficaces vu la taille de l’audience de réseau. La publicité Facebook peut prendre la forme d’une photo, une vidéo, un carrousel, un story, un diaporama ou une collection. À la sponsorisation Facebook s’ajoute aussi Messenger Ads. Pour le B2B, LinkedIn Ads est le plus indiqué étant donné qu’il s’agit d’un réseau de professionnels. LinkedIn propose les formats texte, dynamique, messages privés (sponsored Inmails), contenus sponsorisés, des publicités display. Twitter Ads possède également son service publicité qui propose aujourd’hui 5 formats sponsorisés : les tweets, les comptes, les tendances, les vidéos et les carrousels. 

Les formats courts comme les stories de 6 à 15 secondes d’Instagram et les bumper Ads de Youtube ont également le vent en poupe.

Les réseaux sociaux permettent entre autres de gagner en notoriété, de générer du trafic plus rapidement, de déterminer un ciblage très précis, de maîtriser le budget, de suivre les performances en temps réel.

La publicité interactive

C’est un format publicitaire participatif qui est très favorable à l’engagement des internautes. La réalité augmentée en est l’une des composantes. Ce format a l’avantage de faire participer l’internaute à une nouvelle expérience et a donc beaucoup plus de chance de l’intéresser. Elle se fait sur les smartphones. 

Le DOOH

Le Digital Out Of Home est un format publicitaire digital montant à ne pas négliger. Il y a 40 000 panneaux publicitaires digitaux en France. Ils permettent d’afficher la publicité plusieurs fois à plusieurs endroits bien visibles du public en 24h. Il est aussi moins cher (équivalent à un CPM de 30 à 40€). 

Le chatbot

Le chatbot est un programme informatique qui sert essentiellement à faciliter le service à la clientèle. Pouvant être implémenté dans un site ou dans une application de messagerie, cet agent conversationnel peut également être un outil efficace pour la publicité.

La liste n’est pas exhaustive, spécialement pour les nouveaux formats de publicité digitale. Le plus important est d’utiliser le format le plus adapté à votre activité, à votre public cible et à vos moyens afin d’avoir un maximum de retour sur investissement.

générer des leads grâce au web- Agence Sharing

Générez plus de leads pour votre business grâce au web

Générez plus de leads pour votre business grâce au web 2000 1500 Sharing

A l’ère du digital, les techniques de prospection commerciale traditionnelles sont bien souvent devenues inefficaces. Désormais, on n’approche plus les clients pour vendre, même si cela reste l’objectif final de tout le processus. En effet, avec l’inbound marketing, il faut d’abord générer des leads et cela passe d’abord par le web. C’est le chemin qu’emprunte la grande majorité des consommateurs pour trouver les produits et services dont elle a besoin. Néanmoins, avant de pouvoir parler de génération de leads, il faut d’abord savoir ce que c’est et pourquoi il est important d’en faire l’acquisition.

Un lead, c’est quoi ?

Un lead est un contact commercial qui peut devenir un client potentiel. La dite potentialité résulte du fait qu’il a déjà manifesté son intérêt pour une marque ou un produit en laissant ses coordonnées pour être recontacté. Il n’est donc pas encore un prospect. Le lead peut être un contact issu d’une campagne de communication réalisée par une marque, un contact recueilli lors d’un salon professionnel, dans un point de vente physique ou directement via un formulaire de contact présent sur le site d’une marque. Il y a ainsi plusieurs façons de générer des leads mais la meilleure alternative reste celle du web, spécialement pour les entreprises. 

Pourquoi privilégier la génération de leads par le web ?

Etant donné la digitalisation de tout le processus commercial actuel, le web est incontournable. Mais surtout, selon les statistiques de Demand Gen Survey Report, 90% des décideurs en B2B ne répondent jamais à une prospection commerciale par téléphone et 61% d’entre eux initient leur réflexion d’achat sur le web, précisément sur les moteurs de recherche. Néanmoins, la génération de leads n’est pas une tâche facile, c’est un travail de longue haleine qui nécessite des mises à jour et des ajustements réguliers de la stratégie. Voici quelques pistes que vous pourrez suivre afin de générer plus de leads pour votre business.

Comment générer des leads via le web ?

La technologie emporte le marketing dans son évolution et le comportement des consommateurs s’en trouve forcément impacté. Désormais, ils sont plus exigeants et par conséquent, les entreprises doivent trouver le moyen de répondre à leurs attentes aussi bien au niveau de leurs propres produits et services qu’au niveau de leurs partenariats avec d’autres marques. Le lead étant très utilisé en B2B, on vous indique ici les points à revoir pour en générer davantage.

(Re)définissez votre buyer persona 

Vous l’avez peut-être déjà fait avant de vous lancer dans votre entreprise mais les attentes de vos clients ont bien pu changer avec la concurrence qu’il y a sur le marché. Aussi, pour continuer à les intéresser et en attirer de nouveaux, il faut que vous sachiez qui ils sont et qu’est-ce qu’ils attendent de vous. Vous pouvez vous faire aider par votre service commercial pour définir votre buyer persona.

Tenez compte du parcours d’achat de votre public cible

Pour générer des leads, vous devez être capable de répondre aux questions de votre cible à tous les stades de son parcours d’achat : est-ce qu’il vient juste de se rendre compte de son besoin ? (phase Awareness) Est-il en train de comparer les solutions qui s’offrent à lui ? (phase Consideration) A-t-il déjà trouvé ce qu’il lui faut mais cherche juste à s’assurer d’avoir fait le bon choix ? (phase Decision)

Mettez à jour votre site

C’est votre site qui représente votre entreprise aux yeux des internautes. Pour les inciter à vous contacter, vous devez leur montrer votre professionnalisme à travers un site qui utilise les technologies les plus récentes. La plupart des sites actuels mettent à la disposition des internautes un chatbot afin de pouvoir servir les visiteurs à tout moment.

Adaptez vos formulaires de contact

Les formulaires de contact ne doivent pas être les mêmes pour toutes les offres que vous faites à vos visiteurs afin de les encourager à laisser leurs coordonnés sur votre site. Les données personnelles sont toujours des informations délicates pour les internautes, aussi, minimisez le nombre des champs autant que possible et demandez seulement des détails quand c’est vraiment indispensable. Rassurez également vos visiteurs sur la confidentialité de leurs données. Par ailleurs, vos formulaires doivent aussi être adaptés à chaque étape du processus d’achat cité plus haut.

Travaillez votre référencement naturel

Afin que les internautes (et les décideurs B2B) puissent vous contacter, il faut d’abord qu’ils puissent vous trouver sur les moteurs de recherche. Il est donc important d’optimiser le SEO de votre site. Cherchez les mots-clés pertinents pour votre activité et incluez-les non seulement dans votre contenu mais aussi dans vos call-to-action. Cela ne peut-être que bénéfique pour votre génération de leads. Si vous ne vous y connaissez pas en SEO, pensez à faire appel à un référenceur.

Créez un blog sur votre site

Les avantages d’un blog intrasite sont multiples. Ici, il sera votre meilleure arme pour offrir un contenu intéressant pour vos lecteurs, de mettre en valeur votre expertise et votre professionnalisme. Les contenus à forte valeur ajoutée sont les principaux éléments susceptibles de générer le plus de leads pour votre business, aussi, élaborez une stratégie de contenu documentée tout en tenant compte de votre buyer persona. Les contenus téléchargeables comme les e-book sont aussi très appréciés par les internautes.

Réoptimisez les anciens articles ayant du potentiel

Vous avez sûrement d’anciens articles qui génèrent du trafic sans pour autant créer des conversions. Réoptimisez-les en ajoutant ou en améliorant les call-to-action adéquats afin de montrer la voie à suivre à vos lecteurs.

Aidez vos visiteurs à résoudre leurs problématiques

Si un visiteur arrive sur votre site, c’est qu’il y a trouvé un intérêt. Il s’attend à ce que vous le guidiez dans son processus d’achat, aussi, même si vos produits ou services ne correspondent finalement pas à ses attentes, votre bienveillance l’incitera à vous connaître davantage et à vous recommander à d’autres.

Servez-vous des réseaux sociaux

La visibilité passe par les réseaux sociaux. Les ignorer vous ferait perdre de grandes chances de générer des leads, qualifiés de plus si vous choisissez les bons réseaux. Linkedin est de loin le réseau le plus utilisé par les professionnels, aussi, promouvez-y vos contenus et faites en sorte que vos publications soient régulières. Twitter arrive en seconde place, suivi de Facebook.

Faites un bilan de votre stratégie de génération de leads

Une stratégie digitale ne peut-être définitive. Il est indispensable de voir ce qui a fonctionné et ce qui a besoin d’être ajusté afin de pouvoir l’améliorer et d’avoir un retour sur investissement intéressant sur le long terme. Pour ce faire, vous pouvez vous servir d’outils d’analyse de performance comme Google Analytics ou encore des outils de marketing automation comme Hubspot 

pourquoi créer un blog sur son site-Agence Sharing

Pourquoi créer un blog sur son site est-il si important ?

Pourquoi créer un blog sur son site est-il si important ? 2000 1500 Sharing

Dédié à la publication d’articles sur un thème spécifique, le blog est un outil précieux pour tous ceux qui utilisent un site web. Mais l’intérêt de créer un blog n’est pas toujours clair pour tout le monde. Pourquoi créer un blog en plus d’un site ? Et si c’est vraiment utile pourquoi faut-il l’implémenter à l’intérieur du site ? Et d’ailleurs, comment crée-t-on un blog ? Si vous vous posez les mêmes questions, on va tâcher de vous éclairer sur le sujet. 

Blog intégré au site VS blog externe

Un blog est développé autour d’une thématique et généralement, on en crée un pour partager nos connaissances sur le sujet et échanger avec les lecteurs. On peut le créer aussi bien à l’intérieur d’un site qu’à l’extérieur. Cependant, un blog intégré au site s’avère être plus intéressant car il vous évite de trouver à nouveau un hébergeur, un nouveau nom de domaine et un CMS car il se servira simplement de ceux de votre site. Par ailleurs, les articles qu’il contient renforceront le référencement naturel de votre site sur différents points que nous aborderons plus loin. Par contre, un blog externe vous obligera à travailler à la fois son SEO et celui de votre site. Certains pourraient être tentés de créer des liens pointant vers leurs sites à partir d’un blog externe mais une telle pratique transformera le blog en une ferme de liens qui sera vite sanctionnée par Google.

Voyons de plus près les avantages qu’un blog intégré au site peut nous offrir.

Créer un blog sur son site : quels intérêts ?

A l’heure où le référencement naturel est devenu un enjeu capital pour avoir de la visibilité sur les moteurs de recherche, la création d’un blog à l’intérieur d’un site n’est plus un choix, c’est une obligation. Voici pourquoi vous devriez le faire :

  • Les moteurs de recherche et principalement Google tiennent compte de la notion de fraîcheur. Vous ne pouvez pas tout le temps modifier votre page d’accueil et vos pages produits. Seul un blog vous permet de proposer régulièrement du nouveau contenu aux moteurs de recherche.

  • Les articles de blog vous permettent de travailler les mots-clés qui vous intéressent.

  • Améliorez votre maillage interne en plaçant des liens depuis votre blog vers des pages de votre site que vous souhaitez mettre en avant.

  • Vous avez la possibilité de gagner des backlinks naturellement grâce à la pertinence de vos articles.

  • Le blog génère plus de trafic sur votre site.

  • Vous gagnez en notoriété et êtes considéré comme un expert dans votre domaine avec une bonne stratégie de contenu.

  • Vous générez des leads car vos lecteurs sont naturellement des personnes qui s’intéressent à votre domaine d’activité.

  • Le blog vous rapproche de vos clients qui peuvent interagir avec vous via les commentaires et qui auront ainsi une image plus « humaine » de votre entreprise.

Pour bénéficier de tous ces avantages, on vous montre également le chemin à suivre.

Comment créer votre blog ?

En partant de l’idée que comme nous, vous allez aussi opter pour un blog intrasite, voici ce qu’il vous reste à faire :

  • Mettre en place votre stratégie de contenu : qui sont vos concurrents et que publient-ils sur leurs blogs ? Quelles sont vos cibles ? Quels sont les sujets qui les intéressent ? Quels contenus disposez-vous sur vos autres canaux de communication ? Le contenu de votre blog doit couvrir l’ensemble de vos contenus sur le web.

  • Établir votre ligne éditoriale : c’est la feuille de route de vos rédacteurs. Elle définit les thématiques à aborder, la structure, la taille et le ton des articles. On y trouve également les mots-clés à mettre en évidence, le timing des publications et tous les détails concernant la publication des articles.
  • Produire des contenus authentiques et optimisés SEO, c’est-à-dire des articles uniques avec des mots-clés, des titres bien structurés, des liens internes et externes.

  •  Boostez la visibilité de votre blog selon vos moyens. Vous pouvez par exemple mettre en place des boutons de partage sur les réseaux sociaux, avoir recours au guest blogging, faire des campagnes d’e-mailing, créer des newsletters, etc. Pour finir, n’oubliez pas de consulter vos statistiques pour savoir quels sont les articles qui ont le plus interessé vos lecteurs pour réorienter votre stratégie si besoin.

Maintenant que vous connaissez toutes les bonnes raisons pour lesquelles il faut avoir un blog sur votre site et que vous savez ce qu’il faut faire pour en créer un, vous n’avez plus de raison d’hésiter !

Pourquoi créer une FAQ sur son site - Agence Sharing

4 bonnes raisons de créer une FAQ sur son site web

4 bonnes raisons de créer une FAQ sur son site web 2000 1500 Sharing

En créant un site web qui comporte déjà des pages A propos, GGU, CGV et d’autres qui détaillent nos services, on a tendance à penser que tout devrait être clair pour nos visiteurs. Pourquoi donc créer une Foire Aux Questions ? A priori, elle ne nous semble pas indispensable et pourtant, elle offre de multiples opportunités pour booster notre site, voire même notre activité. Si vous ne vous êtes pas encore posé cette question, les quelques raisons suivantes devraient vous aider à comprendre pourquoi il est judicieux de créer une FAQ pour votre site.

La FAQ est utile à votre SEO

La première raison pour laquelle vous avez besoin d’une FAQ est votre référencement naturel. Comme on le dit souvent en SEO, le contenu est roi. La FAQ vous offre une belle opportunité d’étoffer votre contenu et de l’optimiser avec des mots-clés pertinents. La plupart des internautes formulent leurs recherches par des questions et les réponses à celles-ci sont le plus souvent placées en position zéro par Google dans les SERP.

Si vous n’apparaissez pas en position zéro, votre FAQ pourrait encore apparaître dans les réponses aux « Autres questions posées » (People also ask) si elle est pertinente pour la demande de l’internaute. C’est également une des meilleures manières d’attirer du trafic sur votre site.

Par ailleurs, si votre FAQ est bien structurée et présente un bon maillage interne, les lecteurs navigueront de page en page et les moteurs de recherches vous mettront en avant dans le domaine de votre expertise. D’ailleurs, c’est ce qui nous amène à la deuxième raison pour laquelle vous devriez mettre en place une FAQ sur votre site.

Améliorez votre image grâce à la FAQ

En donnant les réponses aux questions que les internautes posent autour de votre activité, vous vous placez en tant qu’expert dans votre domaine, ce qui incite vos lecteurs à vous accorder leur confiance. Ils sont par conséquent plus disposés à visiter votre site, à lire vos articles et même à utiliser vos services. Tout ceci contribue aussi à améliorer votre notoriété et votre e-réputation.

Mais la mise en place d’une FAQ a également une grande utilité pour vos visiteurs et c’est bien la première raison d’être d’une foire aux questions.

Par la FAQ, transformez vos prospects et fidélisez vos clients

Si les internautes font des recherches sur internet, c’est qu’ils veulent trouver des réponses à leurs questions ou des solutions à leurs problèmes. En devançant leurs besoins, vous leur rendez service et ils auront tendance à chercher les réponses à toutes leurs questions relatives à votre secteur sur votre site. Ce qui peut transformer vos prospects en clients et également fidéliser ces derniers. Par ailleurs, en créant une FAQ, vous découvrirez les vrais problèmes de vos clients et vous pourrez y apporter les solutions adéquates.

Optimisez votre site pour la recherche vocale

Les questions/réponses sont favorables à la recherche vocale et ce type de recherche tend à s’amplifier actuellement. 20% des recherches faites depuis les mobiles seraient vocales selon Google. Par ailleurs, les assistants vocaux choisissent de lire la meilleure réponse à la question posée, aussi, il est important d’avoir sur son site des contenus adaptés à cette nouvelle technologie.

Afin que vous puissiez bénéficier de tous ces avantages, on vous donne aussi quelques techniques fondamentales pour réussir votre page Foire aux questions.

Les bonnes pratiques pour une FAQ efficace

La clé d’une FAQ efficace, c’est de savoir poser les bonnes questions. Pour les trouver, vous pouvez emprunter plusieurs pistes : les mails que vous avez reçus de vos propres clients, les questions posées par les internautes qui apparaissent sur les pages de résultats, les outils de recherche de mots-clés orientés vers les questions comme le Keyword Magic Tool de Semrush ou Answer the public, l’organisation d’un sondage auprès des lecteurs, etc.

Quand vous aurez trouvé les questions pertinentes, structurez-les correctement. Rassemblez-les par thématiques et créez une page entière pour les sujets complexes qui méritent d’être développés davantage. Vos contenus doivent être hiérarchisés et maillés entre eux pour créer un cocon sémantique.

Pour vos réponses, privilégiez le côté pratique et optez pour une approche didactique. Vous pouvez aussi intégrer des visuels pour être plus explicite. Servez-vous des mêmes mots-clés que les internautes pour qu’ils tombent facilement sur votre FAQ en faisant leurs recherches. Enfin, n’oubliez pas de respecter les règles fondamentales du SEO sur la structure de votre contenu comme la hiérarchisation des Hn et la mise en place de métadonnées.