Web marketing

cms

Wix VS WordPress : quel est le meilleur CMS pour le référencement naturel ?

Wix VS WordPress : quel est le meilleur CMS pour le référencement naturel ? 2000 1500 Sharing

Si WordPress est le leader mondial en termes de CMS avec 32,4% de part de marché, son concurrent Wix dispose également de nombreux avantages.

La mauvaise réputation de Wix est-elle justifié ?

La mauvaise réputation du CMS Wix est due à des dysfonctionnements, qui ont finalement été corrigés. Parmis eux, on trouve la structure des URL, qui n’était à l’origine absolument pas optimisée pour le SEO puisque des caractères s’y ajoutaient et les complexifiaient. Depuis 2016 cependant, il est possible d’optimiser les URL, ainsi que la balise titre et la méta description. Par ailleurs, S’il a pendant longtemps été impossible d’ajouter du texte alternatif pour les images (avec la balise alt), Wix a rectifié le tir.

Quelles sont les différences entre Wix et WordPress en termes de SEO ?

L’optimisation des URL et des méta données

Sur WordPress, la modification des titres et des meta descriptions nécessite l’installation d’un plugin tel que Yoast. Sur Wix, en revanche, cette fonctionnalité est native.

Les redirections 301

Dans le SEO, l’utilisation d’une redirection 301 est très importante lorsque des URL de pages populaires et bien référencées sont modifiés, notamment pour les liens externes. En fait, lorsqu’un utilisateur recherche l’ancien URL, il est automatiquement redirigé vers le nouveau. Là encore, les redirections sont disponibles sous Wix, mais il faut faire appel à un tiers avec WordPress, un hébergeur par exemple.

La sécurisation du site

Pour sécuriser un site, il faut recourir à un certificat SSL. Sous WordPress, il est à configurer via un tiers, l’hébergeur par exemple, tandis que Wix le propose automatiquement et avec tous les forfaits.

Paramètres avancés

WordPress, contrairement à Wix, permet la configuration de nombreux paramètres avancés, notamment la vitesse du site web ou des options concernant l’indexation.

Les outils de référencement

Wix propose une option gratuite, Wix SEO Wiz, qui permet notamment d’entrer des mots clés pertinents pour obtenir un plan SEO. Ce plan inclut une checklist des endroits stratégiques où placer les mots clés dans le site web. Il permet aussi de suivre les résultats de l’activité SEO et apparaît comme une alternative efficaces à des plateformes telles que Google Analytics.
Sur WordPress, des plugins tels que Yoast proposent des fonctionnalités similaires. Cependant, leur version gratuite est souvent limitée.

Quelles conclusions faut-il en tirer ?

Wix est l’option la plus simple à prendre en main, à tout point de vue. C’est la solution idéale pour les novices du web, et ses possibilités pour le référencement sont très intéressantes. Néanmoins, et bien que ce CMS se soit grandement amélioré au fil du temps, WordPress reste le leader et surtout en termes de SEO. Des études montrent que le trafic organique mensuel moyen est 49 fois plus élevé pour les sites construits sous WordPress. S’il est bien plus difficile à prendre en main, WordPress demeure le CMS le plus pertinent pour un bon référencement naturel.

mythologie

Les 12 archétypes pour une image de marque forte

Les 12 archétypes pour une image de marque forte 2000 1500 Sharing

L’image de marque fait référence à la manière dont le public perçoit cette marque. Plus les consommateurs s’identifient à la marque, plus l’image de marque est forte.

Et si on vous disait que la Mythologie Grecque peut vous aider à définir votre image de marque ?

L’humain aime reconnaître et s’identifier à des patterns, c’est-à-dire des schémas se répétant régulièrement. Dans la vie de tous les jours, cette catégorisation permet (en théorie) d’éviter les erreurs de jugement : lorsque nous identifions un pattern positif, nous le reproduisons et inversement.
C’est selon ce constat que le psychanalyste Carl Jung a identifié douze patterns de personnalités humaines, qu’il appelle Archétypes. Inspirés des personnages récurrents de la Mythologie Grecque, ces archétypes peuvent s’avérer très utiles dans la construction d’une image de marque, puisqu’ils permettent de générer des expériences qui font écho aux patterns auxquels s’identifient les consommateurs.

just do it

Le Héros

Le héros souhaite prouver sa valeur par des actes honorables et inspire le dépassement de soi. Il est l’archétype de marques telles que Nike, avec son slogan “just do it”.

L’épicurien

Rêveur et farceur, l’épicurien aime profiter de la vie. Oasis et M&M’s, en personnalisant leurs produits de manière humoristique, ont créé une forte image de marque, et représentent parfaitement l’archétype de l’épicurien.

L’amoureux

Cet archétype inspire la sensualité, l’élégance et la passion. Il se veut attrayant physiquement comme émotionnellement, mais aussi intellectuellement. Il est particulièrement utilisé par des marques de cosmétiques telles que L’Oréal.

Le rebelle

Le rebelle est un transgresseur, un personnage qui casse les codes. Provocateur dans l’âme, il ignore l’opinion des autres. Harley-Davidson, qui figure parmi les 100 marques les plus reconnues au monde, cultive son côté rebelle et sort des sentiers battus pour renforcer son image de marque.

L’innocent

Il est optimiste, et son objectif principal est d’être heureux. L’archétype de l’innocent, bon, simple et moral, correspond aux entreprises ayant des valeurs fortes, considérées comme dignes de confiance, fiables et honnêtes. Et quoi de mieux, pour illustrer l’archétype de l’innocent, que de citer la marque de jus Innocent ?

innocent

© Innocent

Le créateur

Le créateur est assoiffé de liberté. Artiste dans l’âme, cet archétype s’associe tout particulièrement aux produits ou services en rapport avec l’art, le marketing, l’innovation ou la publicité.

L’explorateur

De nature curieuse, l’explorateur s’épanouit grâce à la découverte de nouvelles expériences, et correspond à des marques telles que Red Bull.

red bull

Le dirigeant

Le dirigeant recherche de l’ordre et de l’harmonie. Il souhaite s’imposer et fixer ses propres règles et correspond à des marques telles que Mercedes ou American Express.

Monsieur ou madame tout le monde

Il s’agit ici d’une personne ordinaire, sachant faire preuve d’empathie et de réalisme. Cet archétype est adapté aux marques proposant des expériences accessibles et simples, par exemple Ikea.

Le sage

Le sage est en constante recherche de connaissances. Les marques de cet archétype fournissent une expertise ou de l’information sur de nouvelles connaissances, des découvertes scientifiques par exemple. Elles souhaitent faire réfléchir leurs clients, comme le font Adobe, ou le média CNN.

L’altruiste, ou le soignant

Sa mission est de prendre soin des gens qui l’entourent, et souhaite faire la différence dans le monde. Evidemment, les ONG s’identifient tout particulièrement à cet archétype.

Le magicien

Le magicien est un visionnaire : il compte révolutionner le quotidien des utilisateurs en proposant des produits toujours plus innovants. C’est notamment la promesse d’Apple.

Et vous, quel est votre archétype de marque ?

billboard

Comment engager grâce aux nouveaux formats publicitaires ?

Comment engager grâce aux nouveaux formats publicitaires ? 2000 1500 Sharing

8 internautes sur 10 jugent la publicité digitale intrusive, et près de 50% des 18-24 ans déclarent avoir installé un Adblocker (bloqueur de publicités). Force est de constater une lassitude générale des consommateurs quant à la publicité. Néanmoins, les formats publicitaires évoluent, et il est toujours possible de se démarquer et de susciter de l’intérêt chez le consommateur.

Le Native Advertising

Le native advertising, c’est-à-dire la volonté de proposer des publicités parfaitement intégrées à l’environnement dans lequel elles se trouvent, prend de plus en plus d’ampleur. Instagram l’a bien compris, et a d’ailleurs décidé, après le fil d’actualité et les stories, d’intégrer de la publicité dans l’onglet Explore. Celles-ci correspondent aux centres d’intérêt de l’utilisateur et ne perturbent absolument pas sa navigation.
Lorsqu’elles sont intégrées au contenu éditorial, les publicités sont 15% mieux perçues que la publicité classique sur desktop, et 37% sur mobile.

Des formats courts

En matière de publicité digitale, la tendance est aux formats courts : aujourd’hui, plus de 10% des publicités durent moins de dix secondes, et ce nombre est en constante croissance, notamment avec l’essor des réseaux sociaux. Sur Instagram et Snapchat, ces formats courts sont présents notamment dans les stories. Sur YouTube, il s’agit des Bumper Ads, des de six secondes qui apparaissent avant de visionner une vidéo. Enfin, sur Facebook, il est aussi possible de placer des publicités courtes avant une vidéo.

Proposer des publicités interactives

Une publicité qui génère de l’interaction est six fois plus engageante qu’une publicité traditionnelle. Quizz, sondages, social add-ons, les possibilités sont nombreuses pour créer de l’interaction dans une campagne publicitaire. Ce type d’annonce permet à l’utilisateur de participer à la publicité plutôt que de la subir, celle-ci n’est donc plus perçue comme intrusive, mais divertissante. Là encore, ce type d’annonce est particulièrement en vogue sur les réseaux sociaux.

stratégie concurrents

Comment analyser la stratégie digitale de ses concurrents ?

Comment analyser la stratégie digitale de ses concurrents ? 2000 1500 Sharing

Dans le cadre d’une étude de marché, l’analyse de la stratégie digitale des concurrents peut se montrer plus qu’utile. De l’analyse du trafic à la stratégie publicitaire, en passant par le positionnement SEO, voici quelques outils gratuits pour analyser chaque élément de la stratégie digitale de la concurrence.

Trafic web

Similarweb est une valeur sûre en termes d’analyse de trafic. La plateforme propose une version test gratuite ainsi qu’une version payante. La version gratuite donne accès à de nombreuses informations précieuses :

  • Classement mondial et national du site
  • Aperçu du trafic (nombre de visites, durée moyenne d’une visite, nombre de pages vues par visite, taux de rebond)
  • Sources du trafic (réseaux sociaux, campagnes d’emailing…)
  • Mots clés lui générant des visites
  • Sites référents (autres sites y générant du trafic)
  • Réseaux sociaux générant le plus de trafic
  • Campagnes publicitaires, annonceurs
  • Centres d’intérêt de l’audience
  • Sites similaires

Positionnement SEO

Pour analyser le positionnement SEO d’un site web, les deux indicateurs principaux sont les mots clés sur lesquels le site se positionne, et surtout ses backlinks. Monitor Backlinks est un outil gratuit et performant permettant l’analyse de backlinks mais aussi ceux de ses concurrents. La plateforme propose de créer des alertes et d’être averti dès qu’un site obtient un backlink de qualité.

Stratégie publicitaire

Google Ads peut s’avérer utile pour obtenir un aperçu de la stratégie publicitaire de la concurrence. La fonctionnalité Auction Insight (Analyse des enchères) permet de comparer ses performances à celles de ses concurrents. La fonctionnalité Keyword Planner, qui d’apparence ne sert qu’à donner une liste de mots clés pertinents, peut en réalité se montrer bien plus utile. C’est en effet un moyen de voir sur quels mots clés les plus utilisés et ceux sur lesquels misent les concurrents.

Contenu

Les flux RSS sont certainement le meilleur moyen de se tenir informé en temps réel des nouvelles publications de ses concurrents. Par ailleurs, l’outil Buzzsumo permet de voir, à partir d’un URL ou d’un mot clé, quels sont les articles les plus partagés sur les réseaux sociaux. Cet outil propose des filtres dans les résultats de recherches (par type de contenus, par horaire ou date de publication, par langue et par pays). Enfin, Facebook offre aux propriétaires d’une page la possibilité de rentrer une liste de concurrents à analyser. Cette fonctionnalité, bien que limitée, donne accès à quelques statistiques des pages suivies.

Bien que ces outils soient performants, les informations obtenues sont en général des estimations. Le trafic d’un site peut par exemple évoluer en très peu de temps, et seul Google Analytics est en mesure de donner des informations en temps réel, à condition d’être administrateur du site en question.

backlinks

Comment obtenir des backlinks vers son site web ?

Comment obtenir des backlinks vers son site web ? 2000 1500 Sharing

L’algorithme de référencement de Google est de plus en plus complexe et précis. Aujourd’hui, il est quasiment indispensable d’adopter une stratégie de netlinking pour un référencement naturel efficace. Cette stratégie consiste en l’intégration de liens dans son site web d’une part, mais il s’agit surtout d’être mentionné par d’autres sites via des backlinks.
L’intégration de liens dans un site web permet à l’utilisateur de naviguer de site en site et donc d’explorer de nouveaux contenus pertinents, ce qui explique l’importance que l’algorithme de Google y attache. Plus un site ou un article est partagé via des backlinks, plus Google le juge pertinent et mieux il est référencé, à condition que ces backlinks soient pertinents et qu’ils proviennent de sites de qualité.

Qu’est-ce qu’un backlink de qualité ?

Un backlink de qualité doit être parfaitement intégré au contenu d’un site web. Il doit être positionné dans le corps de la page et non dans le footer par exemple. La page en question doit proposer un contenu de qualité et surtout à propos d’une thématique proche.
Par ailleurs, Google condamne les pratiques telles que l’échange de backlinks (d’autant plus si la pratique est rémunérée). En résumé, si le nombre de backlinks est important dans le référencement, la qualité de ceux-ci prime.

Voici donc quatre astuces pour obtenir des backlinks de qualité et optimiser son référencement naturel.

Publier du contenu pertinent et engageant

Naturellement, les sites les plus partagés sont ceux qui offrent un contenu à valeur ajoutée. Infographies, images, statistiques : les possibilités sont nombreuses pour créer un contenu interactif et engageant. Les infographies sont d’ailleurs considérées comme le moyen le plus puissant d’obtenir des backlinks. Plus agréables à lire qu’un paragraphe, visuelles et parlantes, les blogueurs n’hésitent pas à les partager pour illustrer leur propos.

Trouver des liens morts

Un contenu qui n’est pas à jour est handicapant en terme de SEO, c’est pourquoi les liens morts sont une belle opportunité d’obtenir des backlinks.
Tout d’abord, il faut analyser des sites web ayant un rapport avec la thématique de son propre site. Grâce à une extension de Google Chrome telle que Check My Links, il est possible d’y détecter les liens morts en un clic.
Finalement, en proposant à l’auteur de l’article de nouveaux liens pertinents pour remplacer les liens morts, il peut mettre à jour son site et donc être mieux perçu par Google tout en générant des backlinks.

Demander à ses partenaires

Parfois, il n’est pas nécessaire d’aller chercher trop loin. Demander à des partenaires d’apparaître sur leur site est un excellent moyen d’obtenir quelques backlinks.

Par ailleurs, contacter directement des blogueurs peut s’avérer assez efficace pour obtenir des backlinks de leur part, à condition de proposer du contenu à valeur ajoutée, toujours.

Écrire des “articles invités”

Le principe est simple : il s’agit de proposer à un blog de publier un article que vous avez rédigé et d’y intégrer des liens renvoyant sur votre site. Cette technique fonctionne sur le principe du gagnant-gagnant. En effet, si le contenu de l’article constitue une valeur ajoutée pour le blog en question, alors il sera publié et génèrera des backlinks.

dark pattern labyrinth

Les Dark Patterns, pièges du web

Les Dark Patterns, pièges du web 2000 1499 Sharing

Les Dark Patterns, ou “éléments de design douteux” visent à orienter ou manipuler le choix de l’utilisateur en ligne. Ils s’opposent à l’UX éthique et leur principe est simple : inciter l’utilisateur à faire une action qu’il n’a pas l’intention d’effectuer et, si possible, sans qu’il s’en rende compte. Le but est de collecter ses données personnelles, ajouter des produits dans son panier, lui faire passer plus de temps sur une interface ou améliorer le trafic du site, par exemple.

Le site darkpatterns.org en a répertorié 11 types :

Sneak into basket, l’achat surprise

Vous faites vos courses en ligne, et constatez qu’un produit s’est glissé dans le panier contre votre gré. Par exemple, vous achetez un ticket pour un évènement et découvrez finalement que vous avez aussi souscrit une assurance. Comment est-ce possible ? Via un algorithme qui coche automatiquement une case à un moment donné de votre processus d’achat.

Forced continuity, la perpétuation d’abonnements

Beaucoup d’interfaces proposent, avant de souscrire un abonnement payant, un essai gratuit de plusieurs jours. La perpétuation d’abonnement est le fait de débiter le compte de l’utilisateur dès la fin de la période d’essai sans l’avertir.

Roach motel, le piège

Vous avez souscrit une offre avec une facilité déconcertante : un numéro de carte et une adresse mail et le tour est joué. Le jour où vous souhaitez vous désinscrire, en revanche, le processus se révèle être un réel parcours du combattant.
Avec le processus de Roach Motel (dont le nom est emprunté à une marque américaine de pièges à cafards), l’interface espère en fait que l’utilisateur n’aille pas au bout de sa démarche de désinscription.

Privacy zuckering, la technique Zuckerberg

Rares sont les internautes qui lisent entièrement la politique de confidentialité d’un site, ses conditions d’utilisation, etc.
En vous inscrivant sur Facebook par exemple, vous n’avez certainement jamais lu sa politique de confidentialité, pourtant vous l’avez acceptée. Sachez que vous avez tout simplement offert vos données au réseau social, et qu’à tout moment elles peuvent être utilisées, voire vendues.

Price comparison prevention, l’impossibilité de comparer les prix

Les détaillants ont bien compris qu’en montrant deux produits quasiment similaires, l’un dont le prix est au kilogramme et l’autre à la pièce, il est difficile pour le consommateur de les comparer. Il est donc relativement simple d’orienter le client vers le produit souhaité, en jouant sur l’affichage des prix pour qu’il paraisse – à tort – moins cher qu’un autre.

price comparison prevention

Sainsbury’s

Misdirection, le détournement d’attention

Généralement, on le retrouve sur les interfaces de paiement. Avec des jeux de couleurs ou un design particulier, l’utilisateur aura l’oeil attiré par l’option de paiement la plus chère, tandis que l’option standard sera plus difficile à trouver.
L’inversion des couleurs est souvent utilisée. L’utilisateur est habitué à voir du vert pour le “oui” et du rouge pour le “non”. Il suffit alors d’inverser ces deux couleurs pour inciter l’utilisateur à faire un choix contraire à sa volonté, potentiellement sans qu’il s’en rende compte.

détournement d'attention

Zoo de Londres

Hidden costs, les coûts cachés

Les hidden costs sont les coûts imprévus que l’on découvre à la dernière étape du processus de paiement, par exemple des coûts de livraison ou des taxes.

Bait and switch, appâter et attrapper

En entreprenant une action sur un site avec une attente précise, l’utilisateur peut finalement obtenir un résultat totalement différent. Par exemple, au milieu d’un article, il sera confronté à un message “inscrivez-vous pour continuer à lire cet article”. Contraint d’entrer une adresse mail pour accéder à la fin du contenu, il aura finalement souscrit un abonnement à une newsletter contre son gré.

Confirmshaming, faire culpabiliser l’internaute

On le retrouve généralement lors de l’annulation d’une souscription ou lors d’une désinscription. Il s’agit cette fois-ci de jouer avec les mots pour faire culpabiliser l’utilisateur et qu’il se résigne.

dark patternDisguised ads, les publicités déguisées

Particulièrement présents sur les sites de streaming et de téléchargement, les publicités déguisées sont des faux boutons (par exemple “regarder en HD” ou “télécharger gratuitement”) qui redirigent finalement l’internaute sur une publicité. Si depuis 2016 Google est supposé bloquer ce type de pratiques, ce dernier n’est pas toujours efficace.

publicité déguisée

Site de téléchargement Tom’s Guide

Friend spam, le spam de contact

Certains sites demandent des données pour améliorer l’expérience de l’utilisateur. Par exemple, on peut vous proposer de synchroniser vos contacts avec une interface telle que Facebook ou Linkedin pour pouvoir les y retrouver plus facilement. On peut aussi vous proposer de créer un compte sur un site en se connectant à l’aide d’un réseau social tel que Facebook. Ces deux actions paraissent plutôt sécurisées, mais donnent finalement accès à une liste de contacts à spamer.

Ces techniques de manipulation sont efficaces à court terme. Un internaute recherche avant tout un service simple, intuitif et transparent. S’il est trompé sur un site, il ne renouvellera pas l’expérience. Il est aussi du devoir des développeurs et UX designers de se poser les bonnes questions, et de convertir l’utilisateur par la confiance plutôt que par la force. Quoi qu’il en soit, les dark patterns sont amenés à disparaître progressivement, notamment grâce à la mise en place du Règlement Général de la Protection des Données (RGPD).

L’importance de l’UX sur le web

L’importance de l’UX sur le web 2000 1499 Sharing

De manière générale, l’UX design (UX étant l’acronyme de “User Experience”) vise à optimiser l’interaction d’un utilisateur avec une interface. Elle se différencie de l’UI (User Interface), qui ne fait référence qu’à l’apparence graphique d’un site.

Aujourd’hui, l’UX est au coeur des algorithmes de référencement de Google. En effet, le moteur de recherche essaie de proposer des résultats les plus cohérents possible avec la recherche de l’utilisateur, en favorisant le chargement rapide des pages et la fluidité de navigation. Parallèlement, en navigant sur le web, l’utilisateur s’attend à trouver rapidement ce qu’il recherche, qu’il soit sur mobile, tablette ou ordinateur.

Une expérience utilisateur optimale repose sur plusieurs étapes essentielles dans la création d’un site, que Jesse James Garrett résume en 5 points (les “5S”) dans son livre The Elements of User Experience.

Strategy, la stratégie

Tout d’abord, il faut se demander quel rôle va jouer le site et à quel besoin il répondra, avec l’élaboration d’une stratégie.

Scope, l’envergure du projet

Puis il faut définir un périmètre, c’est-à-dire déterminer les fonctions souhaitées et faire un inventaire du contenu du site.

Skeleton, l’ossature du site

L’élaboration d’une “ossature” détermine l’arborescence du site, c’est-à-dire la manière dont les pages vont interagir les unes avec les autres et l’architecture globale du site.

Structure, le design du site

Les informations doivent ensuite être structurées et hiérarchisées, l’architecture du site doit être réfléchie page par page.

Surface, le design graphique

A partir de toutes ces informations, il est désormais possible de créer une maquette du site, c’est-à-dire une modélisation de son aspect final. Cette étape est essentielle quand on sait que 75% de la crédibilité d’un site repose sur son esthétique globale.

88% des internautes sont moins enclins à revenir sur un site s’ils estiment qu’ils ont vécu une mauvaise expérience. Naturellement, un site fluide et ergonomique aura un taux d’engagement bien plus élevé. Autrement dit, si l’UX est optimale, le site aura des chances d’être mieux référencé par Google, et ainsi d’être plus visité, et donc d’être plus rentable.

résultat google première page

SEO : Google limite la visibilité des noms de domaines sur la première page de résultats

SEO : Google limite la visibilité des noms de domaines sur la première page de résultats 2000 1500 Sharing

Selon la requête d’un internaute sur Google, celui ci peut se trouver face à plusieurs résultats provenant du même site sur la première page de résultats. Du côté du développeur, il s’agit d’un avantage puisqu’un site omniprésent sur la première page de résultats gagne en visibilité et est avantagé par rapport à ses concurrents. En revanche, du côté de l’utilisateur, les résultats perdent en qualité et en pertinence.
La semaine dernière, Google a implémenté dans son algorithme une solution à ce manque de diversité. Désormais, le moteur de recherche limite à un le nombre de résultats par nom de domaine sur la première page. Les listes de sous-domaines et le domaine racine sont maintenant tous considérés à partir du même site unique.
Toutefois, si l’algorithme de Google détecte qu’il est pertinent de le faire, les sous-domaines peuvent être traités comme des sites distincts.

Des ajustements à prévoir

Pour l’instant, cette mise à jour n’a pas de réel impact sur l’expérience utilisateur, d’autant plus que certains sites l’ont totalement contournée.
Par exemple, les extensions TLD ne sont pas encore prises en compte par l’algorithme. Si une marque dispose de plusieurs sites avec des extensions différentes selon les pays (.fr, .uk, .de etc.), ils peuvent apparaître simultanément sur une même page de résultats. C’est notamment le cas de sites tels qu’Indeed ou Yelp.
Les sites bénéficiant des fonctions “People Also Ask” et “Featured Snippets” ne sont pas touchées non plus. Google peut en effet proposer en première page de résultats un aperçu optimisé d’un site qui semble répondre à la question de l’internaute et de sites qui répondent à des questions similaires fréquemment posées. S’il est mis en avant par l’une de ces fonctionnalités, un site peut malgré tout être affiché une seconde fois sur la page.

Néanmoins, le porte parole de Google a précisé que des améliorations seraient apportées au fur et à mesure, pour qu’à terme l’expérience utilisateur soit réellement optimisée.

étudier le marketing digital

Pourquoi faire une école de marketing digital ?

Pourquoi faire une école de marketing digital ? 2000 1499 Sharing

Le numérique est omniprésent dans notre quotidien et concerne tous les secteurs d’activité. L’utilisation des nouvelles technologies dans le cadre d’une stratégie de développement s’est imposée comme fondamentale ces dernières années.
Voici donc 5 raisons de s’orienter vers des études en marketing digital.

Le digital est omniprésent

Objets connectés, smartphones, impression 3D, réalité virtuelle… Le digital est pleinement entré dans notre quotidien. Selon le baromètre d’Idaos Lab, 91 % des entreprises envisagent la digitalisation comme un objectif stratégique.
Nombreuses sont les écoles qui proposent des formations digitales, autant en profiter. Le marketing digital est aujourd’hui une composante essentielle de la stratégie de développement des entreprises. Il est omniprésent dans nos vies, c’est donc une réelle valeur ajoutée sur le marché du travail de savoir en manier les outils.

Le digital est polyvalent

Les métiers du web ne nécessitent pas uniquement des compétences techniques. Créativité, esprit d’équipe et sens de la communication sont des compétences tout aussi importantes. Par ailleurs, beaucoup pensent à tort que l’informatique est un secteur d’activité à part entière. En réalité, et peu importe leur taille ou leur domaine, toutes les entreprises ont besoin de compétences web. En faisant le choix d’une orientation vers les métiers digitaux, il est tout de même possible de choisir un domaine par intérêt et non par défaut.

C’est avant tout une science humaine

Paradoxalement, la digitalisation met l’humain au coeur de ses priorités. La transformation digitale s’accompagne en effet d’une mutation des stratégies d’entreprise. Un tel sujet s’inscrit en effet dans une vision commune et à long terme. Au sein d’une entreprise, la transformation digitale aplanit la hiérarchie car elle propose de nouvelles façons de partager l’information et de collaborer. Avec l’avènement des méthodes “agiles”, la transparence est renforcée, tant au sein de l’entreprise que du côté du client, grâce aux informations collectées en temps réel ainsi qu’à la multiplication des possibilités d’expériences client. Finalement, la transformation digitale des entreprises est avant tout un moyen d’être au plus près du consommateur.

Le digital est en pleine évolution

Les entreprises s’inscrivent aujourd’hui dans une idée constante d’innovation. Les outils ne cessent d’évoluer et de changer pour répondre à de nouveaux besoins. Le marketing digital a bouleversé les codes du marketing traditionnel et il est difficile de le standardiser. Les possibilités et perspectives d’évolution dans ce secteur sont variées, de la création web au développement web, en passant par le web marketing.

Il représente une réelle opportunité

Le champ des possibles en matière d’études dans le digital ne cesse de s’élargir. Actuellement, la plupart des actifs n’ont pas eu de formation dans le digital tel qu’on le conçoit aujourd’hui. Il appartient donc aux générations Y et Z, les “millenials”, de se former pour combler ce vide.
Aujourd’hui, l’INSEE recense 1,5 million d’emplois concernant le digital. Les besoins sont tels qu’on compte deux fois plus d’offres d’emploi que de recrutements effectués. Le nombre de postes ouverts ne cesse d’augmenter. S’orienter vers le digital, c’est vouloir s’implanter dans un marché en pleine évolution mais surtout un marché lucratif, avec des perspectives de carrière immenses.

Google et le SEO : ce qui change en 2019

Google et le SEO : ce qui change en 2019 2000 1485 Sharing

Pour évaluer la qualité de ses sites internet, Google utilise des Search Quality Raters, qui notent chaque site par rapport à des critères mis à jour chaque année. L’édition 2019 vient d’être publiée, voici ce qu’il faut en retenir.

Publicités et Pop ups

Les publicités, pop ups et “contenus complémentaires” ralentissant la réactivité d’une page web ont maintenant un impact important sur les performances SEO. Evidemment, toutes les publicités ne sont pas dans la ligne de mire de Google : il est précisé que seules les publicités distrayantes et gênant réellement la navigation sur un site web sont susceptibles de donner une mauvaise note au site. Concrètement, plus la publicité est intrusive, moins la note du site est élevée.

Valoriser l’expertise des créateurs

En 2019, les Quality Raters sont invités à étudier le contenu des pages web afin d’en valoriser les créateurs. Pour cela, ils s’appuient sur l’indicateur E-A-T (Expertise, Autorité, Fiabilité).

Dans le rapport de Google est donné l’exemple de sites à propos de médecines parallèles : il existe des sites écrits par des professionnels ayant une réelle expertise en la matière ainsi que des sites amateurs, dont les créateurs n’ont aucune expertise. Il sera du devoir des Search Quality Raters de distinguer les deux.

Cette mise à jour concerne surtout les pages YMYL (“Your Money, Your Life”), c’est-à-dire les pages pouvant avoir une influence sur le bonheur, la santé, la stabilité financière ou la sécurité des utilisateurs.

La version mobile de Google mise à jour

Avec un nouveau design de sa version mobile, Google met en avant les sites de confiance dans les résultats de recherche. Désormais, le nom du site web, le fil d’ariane ainsi qu’un favicon au couleurs du site sont mis en avant. S’il s’agit d’une annonce sponsorisée, le favicon sera remplacé par un sigle “Ad” discrêt. Tout favicon abusif ou qui ne correspond pas à l’identité du site est automatiquement remplacé par un favicon standard.

Visuellement, l’utilisateur sait avant même d’entrer sur le site s’il est fiable. Les informations majeures sont mises en avant, et la page des résultats de la recherche est optimisée de manière à ce que seuls des sites de confiance apparaissent.