Web marketing

google ads sharing

8 astuces pour gérer un petit budget sur Google Ads

8 astuces pour gérer un petit budget sur Google Ads 2000 1500 Sharing

Si vous venez de lancer votre site ou si vous voulez juste donner plus de visibilité à vos produits et services, Google Ads est un outil de premier choix pour atteindre vos objectifs. Plateforme payante, elle demande néanmoins de l’investissement. Si vous avez un petit budget mais souhaitez bénéficier de la puissance du SEA pour vous faire connaître, voici quelques astuces qui vous seront bien utiles sur Google Ads.

Aligner l’objectif de la campagne à l’objectif commercial

Dès la création de votre campagne, Google Ads vous proposera plusieurs objectifs parmi lesquels vous devrez choisir. Pour faire le bon choix, il faut que vous sachiez en premier lieu quelle est la nécessité de votre entreprise et comment votre campagne Ads pourra contribuer à atteindre ce premier objectif. Votre priorité est-elle d’optimiser la notoriété de votre marque ? Ou de générer du trafic sur votre site ? Avez-vous plus besoin de multiplier vos ventes ou encore d’augmenter le nombre d’inscriptions à votre newsletter ? Votre choix définira tous les paramètres que Google va vous proposer pendant la création de votre campagne. Définissez même une quantité (objectif SMART) afin de gérer votre budget au mieux.

Spécifier les zones où sera diffusée la campagne

Pour ne pas dépenser inutilement votre budget, spécifiez les endroits où vous pouvez toucher le plus grand nombre de personnes intéressées par votre offre. Vous voulez peut-être vendre sur toute la France mais les personnes qui sont les plus susceptibles d’acheter vos produits se trouvent dans votre région et ses alentours. Selon votre activité, il peut aussi y avoir des villes où vos produits sont plus recherchés.

Utiliser le ciblage de Google Ads

A l’instar des régions, vous pouvez également adresser votre annonce à une catégorie de personnes bien définie. Google Ads propose un ciblage assez spécifique pour aider les annonceurs. On peut par exemple les choisir selon leur âge, leur situation familiale, le revenu de leur foyer, leur centre d’intérêt, etc. Par ailleurs, vous pouvez également gérer votre budget selon le type d’appareil que votre audience utilise pour se connecter. Vous pouvez accéder à ces données depuis le tableau de bord de Google Ads. Si la plupart de vos visiteurs utilise par exemple le mobile, vous pouvez augmenter les enchères pour ce type d’appareil et diminuer celles pour les ordinateurs.

Se concentrer sur un seul groupe d’annonces

Google vous permet de créer plusieurs groupes d’annonces, c’est-à-dire des groupes d’annonces basés sur différents mots-clés. Si votre budget est serré, le mieux est de vous focaliser sur un seul groupe d’annonces avec des mots-clés bien ciblés. Cela vous évitera de perdre de l’argent avec des clics qui ne génèreront pas de conversions car les mots-clés ne sont pas vraiment adaptés à ce que vous proposez. Vous économiserez également du temps pour la gestion de votre campagne de cette manière.

Faire attention aux correspondances des mots-clés

Vous pouvez définir des mots-clés exacts, des expressions exactes ou des mots-clés en requête large. Pour bien gérer un petit budget sur Google Ads, les requêtes larges ne sont pas conseillées. Elles augmentent votre taux d’impression sur des termes qui ne correspondent généralement pas à votre offre. Votre annonce apparaît dès qu’une requête comporte l’un de vos mots-clés. Si vous choisissez par exemple d’utiliser le mot-clé salon de beauté, vous apparaîtrez aussi bien sur les recherches d’équipements pour salons de beauté que sur les salons de beauté à Marseille et également sur les recherches de salon de thé alors que vous proposez des soins dans votre salon de beauté à Paris. Privilégiez donc les autres types de correspondance avant que votre coût de conversion n’explose. Attention néanmoins à ne pas perdre des clics pertinents en limitant tout aux mots-clés exacts.

Assurer la qualité de l’annonce

Vous pouvez avoir 2 ou 3 annonces dans un groupe mais elles seront toutes basées sur les mêmes mots-clés. Pour minimiser le coût des clics, il faut que les annonces soient qualitatives, c’est-à-dire qu’elles doivent générer assez de clics, être pertinentes et diriger vers une landing page conviviale (une page adaptée à ce qui est présenté dans l’annonce). La qualité de l’annonce dépend en grande partie de la qualité des mots-clés. C’est pour cette raison qu’il est recommandé de limiter leur nombre.

Se servir des extensions

Il y a différents types d’extensions d’annonces : extension de site, extension d’appel, promotion, etc. Ces extensions apportent plus d’informations aux visiteurs et les aident à comprendre si l’offre correspond bien à leurs besoins ou non. Ainsi, seuls les visiteurs vraiment intéressés vont cliquer sur votre annonce.

Observer les termes de recherche

A moins de lancer une campagne intelligente qui est gérée presque entièrement par Google, vous devez suivre et ajuster votre stratégie au fur et à mesure que la campagne évolue. Parmi les points à observer, les termes de recherches apportent de précieuses informations. Vous pouvez exclure les termes utilisés par les internautes qui ne correspondent pas à vos produits ou services. En revanche, vous pouvez aussi ajouter d’autres qui vous semblent pertinents.

Afin d’optimiser l’usage d’un petit budget sur Google Ads, essayez de vous positionner sur des mots-clés moins concurrentiels. Vous éviterez ainsi d’augmenter vos enchères. Si Google n’impose pas de budget minimum, il vous fera quand même savoir quand votre budget n’est pas suffisant. Les quelques conseils ci-dessus vous permettront de maintenir votre budget relativement bas.

Pourquoi et comment utiliser Google My Business

Pourquoi et comment utiliser Google My Business 2000 1500 Sharing

Avoir de la visibilité sur Google est un besoin vital pour toutes les marques. Si séduire le géant d’internet implique une connaissance du moteur de recherche en amont et beaucoup de travail en aval, il est bien possible d’atteindre cet objectif, notamment parce que Google possède plusieurs applications que les marques peuvent utiliser à cette fin. Parmi elles, Google My Business. Si vous ne la connaissez pas ou si vous n’avez pas encore eu l’occasion de vous pencher sur le sujet, vous saurez dans cet article pourquoi et comment utiliser Google My Business. Néanmoins avant d’y arriver, commençons par découvrir ce que c’est.

Qu’est-ce que Google My Business ?

Google My Business est une application dédiée aux entreprises, destinée à améliorer leur référencement local. Elle permet aux marques d’être visible sur Google Maps et dans les résultats de recherche où apparaîtront les détails sur les entreprises. Grâce à Google My Business, les clients peuvent trouver rapidement les marques qui proposent les produits ou services qu’ils recherchent. Ils voient directement sur la page GMB de l’entreprise son adresse, son numéro de téléphone, ses horaires d’ouverture et d’autres informations lui permettant de savoir tout de suite si celle-ci peut répondre à ses attentes ou non. Google My Business a en outre l’avantage d’être gratuit et d’être plus facile à prendre en main que les autres applications Google. Elle centralise en un seul endroit toutes les informations concernant l’entreprise. Elle facilite également la prise de décision d’achat pour les clients qui peuvent y trouver les avis des autres consommateurs.

Les atouts de Google My Business

Outre les avantages déjà cités ci-dessus, c’est un outil efficace pour attirer de nouveaux clients. En effet, Google My Business vous permet de mettre en avant les meilleures photos de votre entreprise et de vos produits, il peut même servir de vitrine virtuelle. Les internautes sont attirés par les photos et les vidéos, autant exploiter cet « effet Instagram » que Google My Business propose !

Par ailleurs, utiliser Google My Business vous permet aussi d’augmenter votre visibilité, notamment pour les recherches de proximité. Grâce à votre apparition sur Google Maps et aux coordonnées que vous aurez renseignés sur votre page My Business, les clients savent exactement où vous trouver. La plupart des consommateurs cherchent des produits et services qui se trouvent près de chez eux, aussi, c’est votre chance de vous faire connaître dans votre périmètre géographique. Vous avez aussi la possibilité de créer un site sur l’application pour résumer les infos vous concernant.

Améliorez également votre e-réputation grâce à Google My Business. Il permet à vos clients d’y laisser leurs avis qui seront donc visibles par d’autres internautes. En tâchant d’offrir les meilleurs services et de prendre le temps d’échanger avec les clients (surtout ceux qui sont mécontents), vous aurez une meilleure image à leurs yeux.

Enfin, découvrez aussi sur Google My Business comment les clients ont trouvé votre établissement et quels types de résultats ils ont trouvé dans leurs recherches (Recherche ou Maps). Vous pourrez améliorer votre page et votre stratégie de référencement grâce à ces données. 

Les fondamentaux pour optimiser votre référencement local

Commencez l’optimisation de votre référencement local par votre profil. Une description claire, une adresse complète, des photos de haute qualité, des horaires à jour sont indispensables pour retenir l’attention des visiteurs. Quand votre page est validée, assurez-vous que toutes les informations sur votre entreprise ailleurs sur la toile sont toutes cohérentes afin de ne pas confondre vos clients.

 Sur Google My Business, vous pouvez également proposer des visites virtuelles de votre entreprise et inviter les clients à vous contacter par chat. Pour cela, vous devez activer l’option « Messages ». Si vous désirez augmenter votre visibilité, Google My Business permet aussi de publier des annonces.

La prochaine étape est de vous assurer qu’il n’existe pas un doublon de votre entreprise sur Google My Business. Il se peut que quelqu’un d’autre ait déjà créé un profil auparavant, qu’il y ait des inscriptions incorrectes. Parfois, certaines marques pensent même qu’une inscription en double améliore la visibilité mais c’est faux. Comme en référencement naturel, Google n’aime pas les doublons. Il faut supprimer les autres pages au nom de votre entreprise pour que la vôtre soit mise en avant. Enfin, n’oubliez pas l’importance des mots-clés. Il s’agit d’utiliser des catégories et sous catégories qui s’accordent bien à votre activité, d’être bien précis sur votre localisation et de fournir une description bien claire de votre entreprise.

En résumé, Google My Business donne aux entreprises l’opportunité de se faire connaître gratuitement par les internautes. Le plus important dans le référencement local est de donner des informations complètes, exactes, à jour et uniques, notamment sur la localisation et l’activité de l’entreprise. Les interactions avec la clientèle de par leurs avis sont aussi nécessaires. Pour plus de visibilité, utilisez les options de messages et d’annonces proposées par Google My Business.

evenements-en-ligne-sharing

PME : monétisez vos événements en ligne sur Facebook

PME : monétisez vos événements en ligne sur Facebook 2000 1500 Sharing

Compte tenu de l’impact du Covid-19 sur la vie des entreprises, Facebook cherche des solutions pour leur permettre de maintenir leurs activités et de les faire fructifier. La monétisation des évènements en ligne est l’une des solutions que le réseau offre aux PME. Désormais, il est possible de facturer vos événements en ligne depuis Facebook.

Gagnez de l’argent sur Facebook grâce à des évènements

Ces derniers mois, les entreprises ont été nombreuses à se servir des plateformes digitales pour communiquer et pour réaliser une grande partie de leurs activités. Le nombre des diffusions en direct des pages a doublé par rapport à celui de l’année dernière au même moment d’après Facebook. La plateforme a accueilli divers évènements tels que les conférences d’experts, les cours de cuisine, les cours de fitness, les jeux-questionnaires, des enregistrements de podcasts, etc. Les vidéos en direct et les expériences interactives sont privilégiées à défaut de rencontres physiques.

 Afin de permettre aux entreprises, aux créateurs, aux enseignants et aux éditeurs de médias disposant d’une page Facebook de gagner de l’argent grâce à ces évènements, la plateforme leur permet aussi de fixer un prix, de promouvoir leurs événements, de les héberger et de percevoir les paiements au même endroit. Par ailleurs, Facebook a également pensé à faciliter l’accès de ces derniers à ces évènements.

Frais annulés pour les évènements en ligne payants

Afin de permettre aux PME de se remettre des difficultés causées par la crise sanitaire, Facebook ne percevra pas de frais sur les évènements en ligne payants pendant au moins l’année 2021. Cette initiative permettra aux PME de réduire les coûts des évènements qu’ils organisent. Même pour les transactions sur le Web et sur Androïd dans les pays où Facebook Pay est déployé, les entreprises pourront bénéficier de la totalité de leurs revenus. Ce ne sera cependant pas le cas à partir de l’App Store où les entreprises ne percevront que 70% de leurs revenus.

Si votre page est hébergée dans l’un des pays qui respectent la politique de monétisation des partenaires de Facebook, vous pourrez créer et monétiser vos évènements en ligne sans frais. Pour le moment, les pages les accueillent sur Facebook Live mais le réseau est également en train de faire des tests sur Messenger Rooms. L’idée est de pouvoir accueillir des événements plus personnels et plus interactifs. 

Quelques conseils pour le succès de vos évènements

Avant de vous lancer, sachez que vous devez détenir les droits sur les contenus que vous allez publier. La monétisation se fait par prélèvement de frais à chaque fois qu’un invité s’inscrit. Si vous n’avez pas d’achat, vous pouvez modifier la date et l’heure de l’événement. Cependant, il est déconseillé de le faire s’il y a déjà eu un achat car vous risquez de devoir rembourser ceux qui se sont déjà inscrits.

Pour son bon déroulement, informez vos invités de ce que vous allez leur offrir exactement et comment cela va se dérouler. Publiez un calendrier dans la description si besoin. Faites-leur savoir à l’avance s’ils vont avoir besoin d’autres outils pour bien suivre votre événement. Par ailleurs, afin que votre événement puisse débuter sans encombre, démarrez-le un peu en avance, vous aurez le temps de régler les éventuels problèmes techniques avant d’entrer dans le vif du sujet. Enfin, pour que vos événements en ligne sur Facebook aient une portée plus étendue, pensez à les promouvoir. 

Analyse conversationnelle - une nouvelle stratégie marketing à découvrir - Agence Sharing

L’analyse conversationnelle : une nouvelle stratégie marketing à découvrir

L’analyse conversationnelle : une nouvelle stratégie marketing à découvrir 2000 1500 Sharing

La réussite d’une stratégie marketing repose en grande partie sur la connaissance du client. Certes, tout marketeur digne de ce nom commencera sa stratégie par la définition de son buyer persona mais cela ne suffit pas toujours pour satisfaire les consommateurs. Pour déceler les véritables besoins des clients, il faut une analyse plus approfondie. L’analyse conversationnelle se révèle être un outil de premier choix pour ce faire.

Quel est l’intérêt de l’analyse conversationnelle pour votre entreprise ?

Les conversations avec vos clients vous donneront plusieurs informations sur leurs besoins mais aussi sur vos produits ou services. Les consommateurs réagissent sur les réseaux sociaux. Vous disposez des statistiques sur les vues de pages et le nombre d’abonnés mais aucune de ces données ne permettent de connaître avec précision l’intention de vos clients. Seule l’analyse conversationnelle vous permet, à travers le langage naturel, de la découvrir. En connaissant la disposition du consommateur, vous avez la possibilité de lui donner la solution la plus adaptée à son problème. L’analyse conversationnelle améliore significativement l’expérience du consommateur et l’encourage à poursuivre sa relation avec votre marque. Ces données d’intention vous permettront en outre d’être proactif dans vos interactions avec vos clients. Elles vous donneront un large avantage sur vos concurrents.

Comment avoir les données utiles à l’analyse des conversations ?

La première chose à faire est d’intégrer les plateformes conversationnelles à vos canaux de communication si vous ne l’avez pas encore fait. Les applications de messaging sont aujourd’hui nombreuses et elles sont très appréciées des consommateurs. La plupart préfère les utiliser pour entrer en contact avec une entreprise aujourd’hui au lieu d’appeler ou d’envoyer un e-mail. Rien que sur WhatsApp, on a compté 2 milliards d’utilisateurs au mois de Juillet selon les chiffres de Statista. L’analyse des échanges sur ces types d’application vous permettra de comprendre les intentions de vos clients. Les emojis méritent également une attention particulière car ils en disent long sur leurs sentiments.

Mais l’analyse des emojis est loin d’être suffisant. Par ailleurs, observer un par un les messages des clients est une tâche longue et fastidieuse. C’est pour cette raison que les chercheurs se servent du Natural Language Understanding (NLU) ou de la Compréhension du Langage Naturel (CLN) afin de pouvoir analyser rapidement une grande quantité de données. Le NLU utilise l’intelligence artificielle pour comprendre le langage humain. Technologie déjà exploitée par différentes entités, la NLU permet déjà aux agents conversationnels dotés d’intelligence artificielle d’interagir efficacement avec les consommateurs aujourd’hui. Ils sont en effet capables de répondre à des questions spécifiques, comprendre les émotions positives et négatives, apprendre de leurs propres expériences et ils peuvent même ajouter de l’humour à leurs discours.

L’IA conversationnelle modifie l’assistance à la clientèle

Bien que l’IA conversationnelle fasse toujours l’objet d’études et d’améliorations diverses actuellement, sa découverte et ses premières utilisations ont déjà modifié le mode de fonctionnement des entreprises. Grâce à l’existence des chatbots, le personnel des entreprises peut consacrer du temps à résoudre des questions plus complexes. L’expérience client étant devenu un enjeu majeur pour les entreprises, adopter une stratégie centrée sur le client permet d’avoir un avantage très concurrentiel. Les consommateurs d’aujourd’hui cherchent de l’interaction et sont attirés par les marques qui sont à leur écoute. De plus en plus volatiles face à la quantité d’informations et d’offres qui leur sont proposés, ils opteront facilement pour la marque qui saura leur apporter une assistance immédiate.

Comment créer un buyer persona - Agence Sharing

Comment créer un buyer persona

Comment créer un buyer persona 2000 1500 Sharing

On le répète souvent dans nos articles, la définition d’un buyer persona est une étape cruciale pour la réussite de toute stratégie d’inbound marketing. Ayant déjà abordé le sujet dans notre guide, nous vous proposons aujourd’hui de l’approfondir, notamment en développant la façon de créer un buyer persona. Néanmoins, avant de voir en détail comment procéder, il convient de rappeler pourquoi il est indispensable de le faire.

A quoi sert un buyer persona ?

Il n’est effectivement pas évident de comprendre pourquoi il faut créer un personnage semi-fictif pour représenter notre client idéal alors qu’on a aujourd’hui les moyens d’échanger avec des clients réels.

Différent de la cible qui représente « un regroupement d’éléments factuels » tels que l’âge, les revenus, etc., le buyer persona représente le client potentiel et se concentre sur la personne avec ses motivations et ses problématiques. En créant un buyer persona, la prise de décision marketing devient plus efficace car il est centré sur les réels besoins des clients plutôt que sur les produits ou services proposés par les marques. Il en est de même pour la conception des produits et la création de contenus. Lors de l’analyse des profils dont on va parler dans la partie suivante, il se peut que vous trouviez plusieurs profils de clients que vous devrez alors segmenter pour mieux adapter votre stratégie marketing. Autrement dit, connaître vos clients vous permet d’atteindre vos objectifs d’une façon optimale.

Voyons maintenant comment procéder pour créer votre buyer persona.

Etapes à suivre pour créer le profil de votre client idéal

On peut classer les étapes de création de persona en 3 parties. La première a pour objectif de collecter le plus d’informations afin de trouver les similitudes entre les utilisateurs. C’est la phase la plus longue.

  1. La phase de recherche

Dans cette première partie, vous allez chercher les données concernant vos clients. Lesquelles ? 

  • Celles sur leur vie personnelle (qui vous sont permis de connaître) tels que leur âge, l’endroit où ils résident, leur situation familiale, leurs centres d’intérêts, les canaux de communication et les appareils qu’ils utilisent pour les recherches et les achats.
  • Vous aurez aussi besoin d’informations sur leur vie professionnelle, surtout si vous faites du B2B. Découvrez leurs secteurs d’activités, leurs postes, la taille de leurs entreprises, leurs ambitions professionnelles, leurs revenus. Le mieux est d’avoir un maximum d’informations pour pouvoir affiner votre stratégie marketing.
  • Les raisons qui ont poussé vos clients à utiliser vos produits ou services.
  • Les freins ou problèmes qu’ils ont rencontré lors du parcours d’achat. Notez aussi leur comportement (Ils négocient ? IIs sont impulsifs ? Exigeants ?…)

Où trouver toutes ces informations ?

Vous avez plusieurs pistes. Le plus accessible est votre outil CRM si vous en utilisez. Ensuite, les statistiques des réseaux sociaux tel Facebook Audience Insight vous fournit aussi de précieuses informations sur vos clients. Vous pouvez également utiliser Google Analytics.

Concernant les besoins et les problématiques des utilisateurs, approchez le service clientèle de votre entreprise. Analysez également l’historique des échanges que les vous avez eu avec vos utilisateurs via votre outil de conversation en ligne. Pour connaître les sentiments de vos utilisateurs, le social listening est aussi très pratique.

Si vous le pouvez, réaliser une enquête via des outils de type Google Forms ou par téléphone peut aussi être utile. Après la phase de recherche, procédez à l’observation et à la synthèse des données pour créer votre buyer persona.

2. La phase d’analyse

Ici, vous allez analyser les données que vous avez récoltées. C’est à cette étape que vous allez commencer la création du ou des profils de vos clients types. Pour vous faciliter le travail, il existe des outils prêts à l’emploi, mais nous en parlerons dans la dernière partie de cet article. L’objectif de cette étape est de regrouper les profils de clients qui se ressemblent pour en faire un profil type.

Par ailleurs, la phase d’analyse s’applique aussi à votre marque. Découvrez à travers les sentiments des clients et leurs comportements leurs réels besoins sans vous focaliser sur votre produit. Ces analyses devraient vous permettre de vous concentrer sur vos utilisateurs et la manière dont vous pouvez les aider par rapport aux problématiques qu’ils voulaient résoudre en choisissant votre enseigne.

Une fois votre analyse terminée, vous arrivez à la dernière étape de la création de vos personas.

3. La phase de modélisation

C’est l’étape finale où vous créez la fiche d’identité de votre buyer persona. Pour ce faire, donnez un nom significatif à votre persona, une profession, une localisation, un âge, etc.

Ajoutez également une photo à votre persona pour qu’il soit plus réel. Pour se rappeler l’importance du buyer persona et lui donner une présence réelle, certaines marques ont même créé des personnages en carton qu’elles installent dans leurs bureaux !

Rédigez ensuite une courte biographie pour décrire les centres d’intérêt, les préférences et les habitudes de votre persona. Il est important de faire connaître vos buyers personas à toutes vos équipes afin que tous avancent vers la même direction et adoptent la stratégie adéquate quels que soient leurs domaines de travail. (image exemple buyer persona)

Comme promis plus tôt dans cet article, on vous donne dans la dernière partie les outils que vous pourrez utiliser dans la création de votre buyer persona.

Outils nécessaires à la création d’un persona

Il existe de nombreux outils pour créer un buyer persona sur le web, mais dans cette liste qui n’est pas exhaustive, on vous suggère les outils les plus utilisés par les marketeurs.

Si vous voulez réaliser des enquêtes plus ou moins approfondies pour vos recherches, SurveyMonkey et SurveyGizmo sont de bons outils de sondage.

Pour ceux qui préfèrent échanger en direct avec les clients Skype ou Google Hangouts permettent un enregistrement des conversations afin qu’elles puissent être analysées par votre équipe marketing après.

Pour la création des personas, on citera Xtensio qui est un outil simple d’utilisation, personnalisable et modulable. L’outil Make My Persona de Hubspot est aussi bien connu, son modèle prédéfini facilitant la création rapide d’un persona. Pour le B2B, l’outil Up and Close Persona est plus adapté.

Pour finir, utilisez aussi les outils d’analyse intégré aux réseaux sociaux. Le Business Manager de Facebook regorge par exemple de statistiques utiles pour le digital marketing. De même, vous pouvez vous servir des insights de tous les réseaux sociaux pour mieux connaître vos clients. 

Si vous avez besoin de l’accompagnement de professionnels, comptez sur l’équipe de Sharing

Comment réussir votre stratégie social Ads- Agence Sharing

Comment réussir votre stratégie Social Ads ?

Comment réussir votre stratégie Social Ads ? 2000 1500 Sharing

Face à l’afflux des marques sur les médias sociaux et les fréquents changements d’algorithme des réseaux, l’investissement dans une stratégie Social Ads est devenu incontournable. Il est en effet de plus en plus difficile d’atteindre le public sans passer par la publicité, même pour les marques déjà connues. Si chaque réseau social nous propose déjà des outils de sponsorisation, ils n’assurent pas pour autant la réussite des campagnes publicitaires. Bref, comment faire pour réussir sa stratégie Social Ads ? Quelles étapes faut-il suivre pour en créer une ?

1. Définir les objectifs à atteindre

Vous le savez déjà, on ne peut définir aucune stratégie marketing sans avoir fixé d’objectif. Dans ce domaine, on parle d’objectif SMART, c’est-à-dire un objectif Spécifique, Mesurable, Atteignable, Réaliste et Temporellement défini. Augmenter de 25% le nombre d’abonnés Facebook en l’espace de 2 mois en se servant de Facebook Ads est par exemple un objectif SMART. Mais outre ces caractéristiques , les objectifs de votre stratégie Social Ads doivent aussi s’aligner aux objectifs commerciaux de votre entreprise, sans quoi, ils ne seront pas reconnus.

2. Analyser l’audience sur les réseaux sociaux

La plupart des entreprises commencent leur communication par la création d’un site web et de comptes sur les réseaux sociaux. Si c’est votre cas, vous disposez donc déjà d’une base d’abonnés que vous pourrez analyser. Elle vous permettra de créer pertinemment votre stratégie Social Ads. Il est important de connaître vos abonnés afin de pouvoir envoyer les bons messages aux bonnes personnes et sur les bons réseaux. 

Vous serez amené à segmenter votre audience dans votre analyse car pour atteindre votre public cible, vous ne pouvez pas vous adresser de la même manière aux milléniaux et à la génération Z par exemple. Les réseaux sociaux disposent en général d’outils permettant de connaître les détails sur votre audience. Vous pouvez aussi vous servir de votre outil CRM ou de votre outil de conversation en ligne pour avoir plus d’informations sur votre audience.

Si vous êtes à l’aube de vos activités sur les réseaux sociaux, il est nécessaire d’identifier votre public cible. Les réseaux comme Facebook ou LinkedIn vous permettant de cibler les personnes selon plusieurs critères : âge, localisation, centres d’intérêt, profession, etc.

3. Évaluer les résultats de vos activités

Découvrez à travers les insights des réseaux sociaux que vous avez utilisé les types de posts qui engagent votre communauté. Dans le cas où vous avez déjà réalisé des campagnes auparavant, vous pouvez même définir les types de campagne qui ont été rentables. Pour aller plus loin, vous pouvez aussi calculer votre coût par acquisition, un élément utile dans la définition de votre budget. Cette étape vous permettra déjà d’avoir une idée assez claire sur les réseaux que vous allez continuer d’exploiter et ceux qui ne sont pas adaptés.

4. Analyser la concurrence

L’analyse concurrentielle ne sert pas uniquement à trouver les pistes où la concurrence n’est pas trop dure. Elle vous donne aussi de nouvelles idées, des inspirations pour mieux créer votre stratégie digitale. Vous pourrez y découvrir les hashtags qui fonctionnent, de nouvelles idées de posts…Pour faciliter la veille, vous pouvez vous servir d’outils comme Semrush , Mention, Hootsuite etc. Aujourd’hui, de nombreuses marques optent pour le social listening afin de pouvoir affiner leur stratégie social media.

Maintenant que vous avez fait les études nécessaires, il est temps de faire le choix des réseaux à travailler.

5. Choisir les réseaux à utiliser en fonction des objectifs

Selon les objectifs et les pays, les marques ont le choix entre une multitude de plateformes mais ici, nous allons parler des réseaux sociaux les plus utilisés.

– Facebook : premier réseau social à l’échelle planétaire, il possède un gestionnaire de publicités très élaboré avec une grande option de ciblage. Facebook est très efficace pour l’acquisition de nouveaux abonnés.

– Instagram : réseau suivi principalement par les jeunes et désormais aux fonctionnalités multiples, Instagram Ads vous permettra de gagner en notoriété et d’obtenir des engagements. 

– LinkedIn : réseau idéal pour les publicités B2B. Linkedin Ads a aussi l’avantage de proposer un ciblage très précis et plusieurs types de publicités. C’est également le réseau idéal pour la génération de leads. 

-Twitter : Les utilisateurs de Twitter Ads ne sont pas aussi nombreux que ceux des réseaux cités ci-dessus. C’est justement son principal atout. C’est le réseau le plus indiqué pour le B2B après LinkedIn et Facebook. Il a également l’avantage d’être moins coûteux et de favoriser la visibilité.

A chacun des réseaux que vous choisirez devrait être attribuée une mission spécifique. Si votre budget est assez serré, le mieux est de concentrer vos efforts sur les réseaux qui représentent la plus forte audience pour votre marque. D’ailleurs, il n’est pas nécessaire d’être présent sur tous les réseaux sociaux. Il faut juste affiner votre stratégie sur les réseaux où la plupart de votre audience est présente.

6. Trouver des idées de contenus

Au fur et à mesure que votre campagne avance, il devient de moins en moins évident de trouver de nouvelles idées de posts valables pour une sponsorisation. Pour vous aider, cherchez votre inspiration chez les marques qui cartonnent sur les réseaux sociaux ou encore chez les marques que vous aimez. Si vous êtes déjà présent sur un réseau comme Facebook, vous pouvez demander à vos abonnés ce qui les intéresseraient. D’ailleurs, vous pouvez même opter pour le User Generated Content pour les simples posts (non sponsorisés). Les consommateurs apprécieront d’être relayés sur le compte de votre entreprise. De plus, l’avis d’un consommateur est beaucoup plus convaincant pour un autre consommateur. 

Néanmoins, vous pouvez aussi faire appel à des spécialistes du community management pour vous faciliter la vie. Une fois vos contenus trouvés, il est aussi indispensable de bien les organiser.

7. Etablir un calendrier éditorial

Pour que vos posts aient l’impact que vous recherchez, publiez au bon moment, c’est-à-dire au moment où vos abonnés sont connectés. Préparez vos publications à l’avance, notamment celles prévues pour les périodes spéciales comme les fêtes de fin d’année par exemple. Mettez dans votre calendrier tous les détails des posts. Avec un calendrier éditorial, vous avez un aperçu complet de vos posts sur tous les réseaux pour une période précise. Vous pourrez ainsi en assurer la cohérence et l’équilibre.

Il convient aussi d’échelonner les campagnes publicitaires car en diffusant plusieurs publicités aux mêmes cibles et au même moment, elles risquent de mal fonctionner. Vous aurez en outre beaucoup de difficultés à faire votre bilan après.

8. Faire des tests

Vos publications sont maintenant lancées, il vous reste à observer comment elles performent. Pour trouver la meilleure stratégie, vous pouvez réaliser des tests A/B sur les types de posts, les visuels, les accroches etc. Vous découvrirez les résultats en observant les KPIs tel que le taux d’engagement de vos posts dans les statistiques, ce qui nous amène à la dernière étape de la stratégie.

9. Évaluer et suivre vos résultats

L’évaluation de vos résultats vous permettront non seulement de connaître les types de publicités qui fonctionnent mais aussi de découvrir les vrais besoins de votre audience. C’est également à cette étape que vous pourrez ajuster la répartition, voire même le montant de votre budget. Si vous avez élaboré une stratégie Social Ads sur 3 mois, il vaut mieux faire un premier bilan dès la fin du premier mois. Vous pourrez alors la réorienter si besoin est.

Une stratégie social Ads bien élaborée est aujourd’hui la meilleure arme pour les marques en vue d’atteindre leurs objectifs commerciaux. Selon une étude de We Are Social et Hootsuite, sur les 7,75 milliards d’individus dans le monde, 3,8 milliards sont actifs sur les réseaux sociaux. L’usage des médias sociaux a, toujours selon cette étude, augmenté de 9,2% par rapport à 2019 avec 321 millions d’utilisateurs en plus. Pour vous assurer une place de choix dans la jungle des médias sociaux, Sharing met à votre disposition une équipe de spécialistes de la stratégie Social Media. On vous accompagne depuis l’élaboration de votre stratégie jusqu’à son succès !

créer une stratégie de marketing de contenu - Agence Sharing

Comment élaborer une stratégie de marketing de contenu ?

Comment élaborer une stratégie de marketing de contenu ? 2000 1500 Sharing

Pilier principal de l’inbound marketing, le content marketing consiste en la création de contenus à forte valeur ajoutée sur les plateformes digitales. L’importance accordée par les marques au marketing de contenu n’a pas cessé d’augmenter ces 5 dernières années à tel point qu’il est devenu incontournable aujourd’hui. Mais pourquoi un tel intérêt pour le content marketing ? D’ailleurs de quel contenu parle-t-on et comment l’inclure dans sa stratégie marketing ? Afin d’apporter des réponses à ces questions, commençons par l’utilité du marketing de contenu. 

Pourquoi le marketing de contenu est-il indispensable ?

Comme la découverte de produits ou de services ainsi que la majeure partie des achats se font aujourd‘hui en ligne, les marques ont plutôt intérêt à se faire remarquer par les consommateurs sur les plateformes digitales. Comment ? En créant du contenu qui les intéressent. Et puisque tout le monde est sur le web, il est important d’avoir une bonne stratégie pour sortir du lot et surtout pour toucher votre public cible. Un contenu adapté peut en effet avoir de nombreuses retombées positives pour votre marque :

– il augmente le trafic sur votre site web

– il permet de générer davantage de leads

– il améliore votre référencement naturel

– il vous rapproche de vos clients et les fidélise

– il vous permet de vous positionner en tant qu’expert dans votre domaine

Le but du content marketing est donc d’attirer l’attention des internautes pour en faire des prospects et des clients. Avec une stratégie marketing bien pensée, il permet aussi de garder le contact avec ces derniers, bien au-delà d’un premier achat. Mais le mot contenu est plutôt vaste, il existe différents types de contenus qu’on peut utiliser pour séduire les internautes.

Quel contenu choisir ?

Le choix du contenu dépend en grande partie de votre audience. Pour le savoir, vous devez connaître votre cible, ses besoins et les canaux de communication qu’elle utilise. Néanmoins, il y a quelques formats que la plupart des marketeurs aiment utiliser pour leur praticité et efficacité :

–  les articles de blog : c’est le meilleur moyen de mettre à jour le plus souvent possible votre site. Les internautes tout comme les moteurs de recherche aiment les nouveautés et ce type de contenu vous permet de satisfaire les deux. De plus, ils sont facilement partageables sur les réseaux sociaux.

–  La vidéo : c’est le format le plus en vogue actuellement, les internautes, plus spécialement les socionautes en raffolent. Son utilisation dépend néanmoins du type d’information que vous voulez communiquer. Elle est par exemple parfaite pour les tutoriels mais plutôt inadaptée pour un guide.

–  Les infographies : c’est un contenu attrayant grâce aux visuels, facile à comprendre et à utiliser pour ceux qui veulent s’en servir comme référence. Ainsi, vous pouvez aussi gagner des backlinks.

–  Les podcasts : ils sont de retour après une longue période passée dans l’ombre. Ce contenu média attire de plus en plus d’adeptes. Les gens l’aiment car il leur laisse la liberté de choisir le moment d’écouter le podcast de leurs choix tout en faisant une autre activité. Ils peuvent donc écouter votre message même au volant leurs voitures.

–  Le livre blanc : un très bon moyen de générer des leads qualifiés. Document technique, il fournit les réponses aux questions que se posent votre clientèle cible. C’est le type de contenu le plus indiqué pour fidéliser vos clients.

Il existe plusieurs autres types de contenus parmi lesquels vous pouvez choisir mais pour qu’ils vous permettent d’atteindre vos objectifs, il faut que vous établissiez une stratégie éditoriale.

Comment créer une stratégie de contenu ?

Comme dans toute stratégie marketing, il vous faut commencer par la définition de votre objectif : pourquoi voulez-vous créer du contenu ? En répondant à cette question, vous aurez une idée beaucoup plus claire sur la stratégie à adopter.

La deuxième étape consiste à étudier vos buyers persona. Vous l’avez peut-être déjà fait auparavant mais le profil de votre public cible a bien pu changer au fil du temps et selon le contexte. Il est impératif de connaître leurs besoins. Cela vous aidera à créer un contenu pertinent pour eux.

Pour continuer, évaluez les contenus que vous avez déjà créés si vous l’avez déjà fait auparavant. Faut-il changer de stratégie ? Comment optimiser les résultats pour ce qui a fonctionné ?

Après ces étapes, vous pouvez maintenant réfléchir à des idées de contenus qui peuvent intéresser votre audience. Si vous êtes en panne d’inspiration, vous pouvez utiliser les outils de curation de contenus comme Feedly, Buzzsumo, Pocket,etc.

L’étape suivante est de choisir le type de contenu le plus adapté à votre objectif et à votre audience selon les études que vous avez faites précédemment.

Une fois votre choix fait, il est aussi indispensable de prévoir la gestion de votre contenu. Pour être efficace, la publication d’articles de blog doit par exemple se faire régulièrement. Dans ce cas, vous avez donc besoin d’un calendrier éditorial. Pour des contenus à diffuser sur les réseaux sociaux, vous aurez aussi besoin d’un ou de plusieurs outils tierces de planification, de publication et de suivi.

Après cela, procédez à la création et à la publication de votre contenu. Dans le cas où votre contenu se trouve sur votre site ou sur un blog, en faire la promotion sur les réseaux sociaux lui donnera plus de visibilité. Pour ceux qui visent une clientèle professionnelle, LinkedIn est le réseau le plus indiqué. Par ailleurs, n’oubliez pas de soigner le SEO de vos articles, il leur permet d’avoir et de maintenir un bon positionnement durable dans les SERP.

Comment développer la visibilité de sa PME - Agence Sharing

PME : comment développer votre visibilité ?

PME : comment développer votre visibilité ? 2000 1500 Sharing

Face aux grandes entreprises qui ont de gros moyens et accusent souvent plusieurs années d’existence, avoir de la visibilité peut paraître difficile pour une PME. Certes, il faudra faire face à la concurrence mais il est bien possible de se faire remarquer par les prospects, même quand on est un jeune entrepreneur. Si vous êtes face à une telle situation, ces quelques lignes seront bien utiles pour développer la visibilité de votre PME. Commençons par les informations dont vous disposez déjà.

 1. Faites le point sur vos forces et faiblesses

Pour pouvoir avancer, il faudrait déjà que vous sachiez où vous en-êtes actuellement. Il est important de constater ce qui a déjà été fait et ce qui ne l’a pas encore été, ce qui a marché et ce qui doit être amélioré dans le but de gagner en visibilité. C’est seulement ainsi que vous pourrez opter pour la meilleure stratégie. Voici les principaux points qu’il faut analyser. 

Le profil de vos buyers personas 

Vous ne pouvez élaborer aucune stratégie marketing sans savoir à qui elle sera adressée. Qui voulez-vous cibler ? Comment se comporte votre public cible ? Où et comment pouvez-vous le toucher ? Répondre à ces questions vous permettra de connaître la manière et les moyens efficaces de communiquer avec vos prospects.

Votre situation face à la concurrence 

Découvrez qui sont vos concurrents et leurs stratégies afin de pouvoir fixer avec plus de précision vos objectifs et de trouver de nouvelles pistes pour améliorer votre visibilité.

Votre actuelle stratégie de présence

 Avez-vous déjà réalisé des actions pour développer la visibilité de votre PME ? Si oui, faites le bilan des résultats obtenus afin de savoir ce qu’il faut continuer, ce qu’il faut améliorer et ce qu’il faut arrêter. Si vous avez l’intention de faire de la publicité, pensez également au budget que vous êtes prêt à utiliser. Sinon, voici par quoi vous pouvez commencer.

2. Communiquez avec les ressources disponibles

En tant que PME, on ne peut pas disposer d’autant de budget que les grands groupes pour la communication et ce n’est d’ailleurs pas toujours nécessaire. Aussi, avant de penser aux publicités payantes, commencez par utiliser les ressources à portée de main.

Mobilisez vos réseaux

Vos réseaux de base, ce sont vos salariés, vos partenaires, vos fournisseurs et vos clients. Vous pouvez très bien demander leur aide pour vous faire connaître. Ils peuvent parler de votre entreprise, de vos services et produits à des tiers. Pour ce faire, ils peuvent par exemple vous suivre sur les réseaux sociaux ou laisser des témoignages sur votre site. Pour motiver vos salariés à devenir vos ambassadeurs, on vous invite à lire notre article sur la marque employeur.

Créez une page sur Google My Business

C’est particulièrement efficace pour vos activités locales. Créer une page sur Google my business vous permet d’afficher sur Google Map la fiche d’identité de votre entreprise : adresse, activités, horaires, avis clients… C’est un outil gratuit et facile à utiliser.

Participez à des évènements

La participation aux salons, aux foires et autres évènements du même genre en relation avec votre domaine d’activités est un très bon moyen de vous faire connaître. Outre le fait d’avoir plus de visibilité, c’est aussi l’occasion pour vous de rencontrer les autres opérateurs de votre secteur.

En ayant passé ces étapes, vous avez déjà fait de grands pas vers la visibilité. Néanmoins, faire un peu de publicité vous sera tout aussi utile pour atteindre vos objectifs. Pour cela, mettez-vous à l’heure du digital marketing. 

3. Utilisez les techniques du marketing digital

Vous aurez besoin d’investir dans la communication digitale pour être à la hauteur de ceux qui ont déjà leur place sur le web et les médias sociaux. On vous cite ici les indispensables.

La création de site web

Si vous ne l’avez pas encore fait, c’est le moment ou jamais. Ne pas avoir de site web à l’ère du digital, ce n’est tout simplement pas possible. Toutes les recherches et la grande majorité des achats se font aujourd’hui en ligne. Néanmoins, si vous avez un site mal construit et pas optimisé, cela ne vous aidera pas non plus. C’est ce qui nous amène au point suivant.

L’optimisation SEO de votre site

C’est en SEO qu’on utilise le plus le terme visibilité. Il y a des milliers, voire des millions de sites qui traitent du même sujet que vous sur la toile, aussi, il est indispensable de travailler le SEO de votre site pour qu’il apparaisse sur la première page des résultats de recherche et vous rendre plus visible comme vous le souhaitez. Si vous n’avez pas cette compétence dans votre entreprise, il est judicieux de recruter ou de faire appel à un spécialiste du référencement. 

La création de contenus 

Cette stratégie va de paire avec le SEO. Aujourd’hui, pour être bien positionné sur les moteurs de recherche et maintenir l’attention du public, il est indispensable de créer du contenu de façon régulière. La meilleure solution est de créer un blog d’entreprise à l’intérieur de votre site. Cette technique vous aide également à vous positionner en tant qu’expert dans votre domaine. Pour booster votre blog, vous pouvez aussi opter pour les articles sponsorisés.

L’animation de vos réseaux sociaux

Les réseaux sociaux sont aussi utiles que le site web actuellement. C’est là que vous pouvez communiquer le plus facilement avec vos prospects et clients et faire connaître les activités de votre entreprise. Vous ne devez pas seulement y être présent, mais aussi et surtout y être actif. Pour plus de visibilité, organisez des jeux concours et demandez aux socionautes de taguer des amis. Faites un peu de sponsorisation et si vous en avez la possibilité, collaborez avec des micro-influenceurs. Facebook est obligatoire vu la taille de son audience mais si votre cible est professionnelle, privilégiez LinkedIn et Twitter. Choisissez les réseaux selon vos cibles.

Les communiqués de presse

Valorisez votre image et gagnez en visibilité grâce à la presse. Choisissez la presse locale si vos activités se font au niveau de votre région ou la presse spécialisée si vous travaillez au niveau international mais dans un domaine spécifique.

Selon vos moyens, il y a différents moyens de faire de la publicité mais on vous a montré les essentiels pour développer la visibilité de votre PME. Si vous n’avez pas le temps de vous en occuper, vous pouvez aussi confier la mission à un professionnel du webmarketing, l’analyse des KPI et la mise en place d’une bonne stratégie de communication nécessitant des compétences avérées.

Santé et communication - les meilleurs leviers - Agence Sharing

Santé et communication digitale : quels leviers privilégier ?

Santé et communication digitale : quels leviers privilégier ? 2000 1500 Sharing

Afin de pouvoir développer leurs activités, les professionnels de la santé ont eux aussi besoin de leviers de communication. Ils ne peuvent pas se soustraire à la tendance du moment : la digitalisation. Les industriels, les startups et autres opérateurs qui oeuvrent dans la technologie de la santé doivent en effet passer par les nouvelles techniques de communication pour se faire connaître de leur public cible. Mais la santé reste un domaine particulier où le business n’a clairement pas sa place et où le règlement est contraignant. Alors, comment utiliser la communication digitale quand on travaille dans ce domaine ? Quels sont les meilleurs leviers pour concilier efficacement santé et communication ? 

Votre site internet

Pour exister à l’ère du digital, il faut commencer par avoir un site web. Aujourd’hui, les sites internet doivent être pensés pour les mobiles. Plus de la moitié des internautes les utilisent dans la vie quotidienne. C’est le seul endroit où votre public cible peut trouver les informations complètes sur votre entreprise, aussi, il est indispensable de lui offrir une bonne expérience utilisateur et de créer un contenu qualitatif qui répond à ses besoins.

Les réseaux sociaux 

Régie principalement par la loi Bertrand dite “anti-cadeaux”, la communication dans le domaine de la santé est soumise à plusieurs règles. Les opérateurs peuvent se servir des réseaux sociaux sous certaines conditions. Outre le respect de ladite loi, il faut présenter les produits de façon objective. Les réseaux sociaux constituent un levier de communication indispensable. Ils sont efficaces pour échanger, s’informer et diffuser rapidement des informations. Les réseaux comme LinkedIn et Twitter sont les plus utilisés par les professionnels. Néanmoins, il faut savoir qu’il est interdit de commercialiser et de vanter les mérites d’un produit de santé sur les réseaux sociaux. 

La vidéo

C’est le format le plus en vogue actuellement. La vidéo permet d’avoir plus d’interactions et de partages de la part des internautes. Le succès des contenus dynamiques a multiplié aujourd’hui les formats de vidéos mêlant illustrations et motion. La vidéo est ainsi un format particulièrement pratique pour présenter les nouvelles technologies créées par les startups et les industries orientés santé.

Le podcast

Nous avons parlé du retour des podcasts dans notre article sur les tendances de la communication et de la santé en 2020. Les plateformes de streaming audio telles que Spotify et Deezer ont rendu aux podcasts leur popularité. Aujourd’hui, il existe déjà des documentations patients ou scientifiques au format audio. Les utilisateurs peuvent s’en servir pour créer des séries regroupant des épisodes de quelques minutes. Il est aussi possible de diffuser des émissions plus longues comme les conférences.

Le mailing

Dans le milieu professionnel, l’e-mail reste un levier de communication à privilégier. Bien que le taux d’ouverture des e-mails est assez bas en France (15%), le mailing est la meilleure façon d’adresser un message précis et personnalisé à vos prospects et clients, spécialement aux professionnels. Pour optimiser votre taux d’ouverture, étudiez bien l’ergonomie de votre newsletter. Tâchez de segmenter votre audience afin d’adresser le bon message aux bonnes personnes.

Le chatbot

Le plus grand atout des chatbots, c’est de permettre l’interaction avec les internautes à tout moment. Le secteur médical utilise déjà l’intelligence artificielle dans ses recherches. Néanmoins, son usage dans la communication n’est pas encore très répandu. Le chatbot permet pourtant de donner des réponses qualifiées aux demandes des utilisateurs.

Afin de pouvoir continuer à communiquer librement sur les plateformes digitales, il est important d’afficher les mentions légales à propos des tests réalisés sur les produits, les contrôles réalisés et les informations similaires. Par ailleurs, il faut également faire attention quant au vocabulaire utilisé quelle que soit la plateforme digitale sur laquelle on communique. Il est nécessaire de bien délimiter la frontière entre la visibilité en ligne et le business. 

Comment augmenter les inscriptions à sa newsletter - Agence Sharing

Comment augmenter les inscriptions à votre newsletter ?

Comment augmenter les inscriptions à votre newsletter ? 2000 1500 Sharing

Votre newsletter n’enregistre pas autant d’inscriptions que vous le souhaitez ? Diverses raisons peuvent expliquer ce manque de performance mais la plupart du temps, il s’agit d’un problème de contenu et de visibilité. Afin que votre newsletter devienne cet outil redoutable de webmarketing qu’il devrait être, voici quelques conseils pratiques qui vous permettront d’augmenter le nombre de vos abonnés.

Créer constamment des contenus de grande qualité 

Vous êtes un expert dans votre domaine et vos contenus reflètent sûrement cet expertise. Néanmoins, il se peut qu’ils ne répondent pas exactement aux besoins de vos lecteurs. Un contenu de grande qualité, c’est d’abord un contenu qui apporte des solutions aux problèmes de votre public. Il faut alors que vos articles les intéressent, qu’ils apportent de réelles informations qui leur permettent d’avancer. Il est également indispensable que cette qualité soit constante afin de maintenir l’attention de votre lectorat.

Envoyer le bon contenu aux bonnes personnes

Vous avez besoin de gagner de nouveaux abonnés pour votre newsletter, néanmoins, il est tout aussi important de fidéliser ceux que vous avez déjà acquis. Afin d’éviter les désabonnements, pensez à segmenter votre mailing-list. En effet, il faut que les contenus envoyés au public cible soient adaptés à leurs profils et besoins afin qu’ils ne perdent pas tout intérêt pour votre newsletter. Vous ne pouvez pas envoyer le même newsletter à tous vos abonnés. Il est indispensable de sélectionner les articles à envoyer selon le public cible. Votre système de CRM vous aidera à dresser les bonnes listes.

Faciliter l’inscription à la newsletter

Afin d’encourager les internautes à s’inscrire à votre newsletter, minimisez les informations que vous leur demandez. Le nom et l’adresse e-mail devraient être suffisants pour ne pas décourager vos visiteurs. Il est préférable de ne pas leur donner plus de temps de réflexion en leur demandant de valider leurs inscriptions à votre newsletter depuis leurs boîtes e-mail.

Séduire vos lecteurs en offrant une contrepartie 

Vos visiteurs ne sont pas prédisposés à s’abonner à votre newsletter. Ils le feront uniquement si vos contenus les intéressent et/ou s’ils ont autre chose à gagner. Pour cela, vous pouvez par exemple offrir un contenu exclusif à vos abonnés, un contenu intéressant qu’ils ne trouveront nulle part ailleurs, ni sur votre site, ni sur vos réseaux sociaux. Cela peut-être une vidéo, un livre blanc… Dans la même logique, vous pouvez aussi demander à vos actuels abonnés de devenir votre ambassadeur auprès de son cercle en échange d’un avantage : un cadeau, une remise, etc.

Promouvoir votre newsletter

Si vous n’avez pas assez d’inscriptions, parfois, c’est aussi parce que votre offre d’abonnement n’est pas assez visible. Pour attirer l’attention des visiteurs sur votre offre, vous pouvez vous servir des pop-up. Néanmoins, il doit apparaître seulement quand le visiteur s’apprête à quitter votre page, pas à son arrivée. Le pop up ne doit pas être intrusif au risque de faire fuir vos visiteurs et de pénaliser votre SEO pour une mauvaise expérience utilisateur. Si l’abonnement à la newsletter est le type de conversion que vous recherchez pour votre activité, la promouvoir sur les réseaux sociaux est une bonne idée. Vous pouvez aussi mener une campagne publicitaire sur Google Ads. Si vous optez pour cette dernière alternative, créez aussi une landing page dédiée à votre newsletter sur votre site. Mettez-y en valeur tous ses atouts, vous aurez beaucoup plus de conversions.

Encourager l’inscription à la newsletter en utilisant des plugins

Pour vous faciliter la vie, il existe des plugins qui vous aident à accroître les inscriptions à votre newsletter. Si vous utilisez WordPress, voici quelques plugins utiles :

Thrive Leads : c’est le meilleur plugin WordPress pour la génération de leads. Il possède une multitude de fonctionnalités. On notera ici sa capacité à générer différents types de formulaires et de les afficher ou ne pas les afficher sur certaines pages, sur un mobile ou un desktop. Il permet aussi d’inscrire un abonné dans une autre liste, de créer des tests A/B pour les pop up et d’analyser leurs performances .

Comment Redirect by Yoast : Ce plugin permet de rediriger ceux qui commentent vos articles vers une page cachée. Dans cette page, vous pourrez les inviter à s’inscrire à votre newsletter, à vous suivre sur les réseaux sociaux, à s’abonner à votre blog, etc. 

SumoMe : un autre plugin multifonctions. Découvrez sur quelle partie de votre page cliquent les visiteurs avec Sumome. Il vous aide aussi à mettre en place les boutons de partage. Installez aussi les pop-ups qu’il vous faut pour augmenter le nombre des inscriptions grâce à SumoMe.

Revive Old Posts : les anciens articles de blog tombent facilement dans l’oubli après qu’on l’ait partagé pour la première fois. Revive Old Posts permet de les reposter sur les réseaux sociaux et vous donne la possibilité d’exclure les articles et les catégories que vous ne souhaitez pas republier. Comme il est souvent difficile de trouver du temps pour créer régulièrement de nouveaux articles, réexploitez vos anciennes publications pour attirer de nouveaux abonnés.

WordPress propose plusieurs autres plugins comme Sassy Social Share, Click to tweet, Yoast SEO qui peuvent accroître la visibilité de vos articles et de votre site. Ils ne vous permettent pas directement d’avoir plus d’inscriptions à votre newsletter mais ils peuvent booster votre trafic et captent l’attention de vos lecteurs. Ainsi, il vous sera plus facile de les inciter à s’abonner.